Avant-Première VO: Review Justice League #21[FRENCH] Attention, c’est du lourd ! Pas vraiment de Justice League au programme dans cette série cette semaine mais bien un segment mégacostaud de l’origine de Shazam. Normal, c’est la conclusion et, disons-le d’office, le bouquet final. Un feu d’artifice dans lequel l’entourage de Billy Batson trouve sa place, dans une ambiance de scène digne d’un blockbuster.

Justice League #21Justice League #21 [DC Comics] Scénario de Geoff Johns
Dessin de Gary Frank
Parution aux USA le mercredi 26 juin 2013

Geoff Johns et Gary Frank arrivent au terme de leur redéfinition de Shazam (Captain Marvel). Dommage, en un sens, parce qu’on en aurait bien pris pour des années de cette narration bien pensée, qui a laissé les personnages s’installer sans que que ce soit lassant. Mais si d’aventure certains d’entre vous réclamaient plus d’action, rassurez-vous, ce numéro a tout ce qu’il faut pour plaire (mis à part, peut-être les Seven Sins un peu expédiés à la va-vite). Shazam/Billy doit vaincre Black Adam et Geoff Johns va nous montrer au passage qu’il n’entend pas refaire à l’identique les choses qu’il avait pu mettre en place avant Flashpoint (ou même pendant Flashpoint) avec le pouvoir de Shazam.

Ce gros épisode a ses moments de bravoure (et d’humour) qu’il est difficile d’évoquer sans les spoilers. Il suffit de dire qu’en quelques pages une bonne partie de la mythologie de l’ex-Captain Marvel refait surface mais modernisée, avec des éléments nouveaux (dont il est difficile de croire qu’on les voit pour la dernière fois vu le soin que Johns met à les définir). Gary Frank n’est pas avare en splash pages mais elles sont bien utilisées, marquent des revirements, des rebondissements et très certainement pas une envie de meubler, d’occuper l’espace ou de masquer un vide. Au contraire ce numéro est très dense et on le referme forcément avec une idée en tête : DC Comics a intérêt à nous vite nous donner une série Shazam à la hauteur de ce qu’aura été ce serial… Efficace, rapide, enjoué, Geoff Johns réussit ici ce qu’il avait déjà fait sur Aquaman. Je fais partie de ceux qui regrettent que DC Comics ait bradé le nom originel du personnage mais il faut bien reconnaître que cette saga est de l’ordre de celles qui sont capables de mettre à nouveau un héros et même un mythe en orbite !

[Xavier Fournier]