Avant-Première VO : Review Guardians Of The Galaxy #9[FRENCH] Les Guardians of The Galaxy ont « splitté » en factions dispersées aux quatre coins de l’univers, suivant chacune une intrigue différente. Mais Abnett et Lanning s’amusent visiblement comme des petits fous et comme cette foison d’histoires ne leur suffisait pas, voici qu’ils s’attardent sur un élément d’origine terrienne, laissé en plan depuis Civil War et l’Initiative. Très bonne pioche !

Guardians Of The Galaxy #9 [Marvel] Scénario d’Andy Lanning & Dan Abnett
Dessins de Brad Walker
Sortie aux USA mercredi 21 janvier 2009

Guardians Of The Galaxy #9Tandis que le noyau restant des Guardians, dirigé par un raton-laveur, se demande où est passé son chef, ce dernier a échoué quelque part dans la Zone Négative, hors de leur portée, droit dans les mains de Blastaar, nouveau monarque de cette dimension. Mais ce n’est pas véritablement ce qui attire le plus l’attention dans les premières pages de ce numéro. Au contraire, les personnages aperçus n’ont rien à voir avec les Guardians of the Galaxy ou même avec l’ambiance cosmique en générale et eux-mêmes sont les premiers à en convenir. Il s’agit… des prisonniers du bagne créé depuis Civil War. Wow ! Je ne m’attendais pas à les voir apparaître dans cette série-là. Pour moi la « prison des super-héros » est une bonne idée de la fin de Civil War, un concept dont le potentiel n’a hélas pas été exploité dans la période « Initiative » qui séparait CW de Secret Invasion. On voyait les Thunderbolts capturer des gens comme Jack Flag puis on n’entendait plus parler de ces derniers alors que, mince, il y avait un « prison break » façon super-héros là-dessous. Avec l’arrivée de Dark Reign, le concept de la prison dans la Zone Négative semblait promis à l’oubli et je ne pensais pas qu’on le reverrait de si tôt, encore moins dans une série aussi débranchée des intérêts terrestres. Visiblement Abnett et Lanning aussi pensaient qu’il y avait un coup à jouer car la prison n’a jamais été autant au centre de l’histoire depuis les derniers épisodes de Civil War.

Abnett et Lanning sont même comme « possédés » par l’esprit de Dan Slott, avec une tendance à nous ressortir quelques personnages passés de mode ou grotesque, dans un contexte qui alterne l’action avec un certain grain de folie (la tenue de Star-Lord en prison, c’est quelque chose). Sur les quatre factions de Guardians, seules trois sont présentes dans ce numéro et deux d’entre elles convergent tandis que pour l’autre les choses empirent. La narration compressée ? Les coscénaristes n’en ont que faire. Il y a plus d’action ou d’informations dans cet épisode que dans certaines miniséries entières produites par d’autres collègues. J’aime bien le dessinateur Brad Walker mais il faut bien dire que je regrette le style de Paul Pelletier sur le titre. Walker s’acquitte cependant du contrat du mieux qu’il peut et de toute manière le scénario est tellement « cinétique » qu’il vaut à lui seul le détour. Je me moque un peu de savoir que le titre se positionne comme une préquelle de la prochaine « Guerre des Rois » qui se profile dans l’espace Marvel, même sans cette ramification, les auteurs se débrouillent pour faire de la série une lecture fortement conseillée et hélas pas assez reconnue à mon sens…

[Xavier Fournier]