Avant-Première VO : Review Guardians of the Galaxy #13[FRENCH] Après avoir été dans la périphérie de War of Kings ces derniers mois, les Gardiens de la Galaxie entrent dans le vif du sujet dans ce numéro. Un focus qui oblige le groupe à  se reformer sans doute plus vite que les différentes factions l’imaginaient. Un épisode dense et peuplé de héros avec bien sûr les Starjammers (si si, regardez la couverture), les Inhumans et quelques autres personnages cosmiques…

Guardians of the Galaxy #13 [Marvel] Scénario de Dan Abnett & Andy Lanning
Dessins de Brad Walker
Sortie aux USA le 22 avril 2009

Guardians of the Galaxy #13Ces six derniers mois les Guardians of the Galaxy ont été un peu dispersés aux quatre coins de l’univers après la révélation que Star-Lord leur avait un peu forcé la main. On sent que l’arrivée de War of Kings a un peu forcé la main des scénaristes, brusquant sans doute un peu la reconstitution du collectif. En clair, alors que l’histoire commence, la plupart (mais pas tous) des Gardiens se sont déjà retrouvés, quelques nouveaux membres compris et le (petit) grain de folie qui caractérise l’équipe œuvre à nouveau, avec les blagues télépathiques de Cosmo le chien, les réflexions de Rocket Raccoon, Bug qui a le chic pour ses plans drague et Groot qui est… Groot. Du coup les modalités de la réunion sont un peu passées sous silence et on reprend un peu les bonnes vieilles habitudes du debriefing mené en parallèle de la bataille concernée.

Reformés, les Gardiens sont même maintenant tellement nombreux qu’ils peuvent se permettre de se diviser en deux escouades qui vont intervenir sur deux théâtres différents de la « Guerre des Chefs ». Un plan sympathique mais les choses ne vont pas vraiment se dérouler comme Star Lord le pensait. Avec une douzaine de Guardians, les Starjammers et les Inhumans qui viennent en prime se greffer sur l’histoire, on ne peut très certainement pas accuser cette série de faire dans la narration décompressée. A l’opposée, elle ne fait pas non plus partie de ces dérivés de crossovers qui débordent de personnages sans chercher à générer du sens. Les héros gardent leur logique et le mélange est, comme je le disais en ouverture, dense. Mais pas lourd. La petite touche d’humour et de second degré qui l’accompagne y est sans doute pour quelque chose…

[Xavier Fournier]