Avant-Première VO: Review Green Lantern: The Lost Army #1[FRENCH] Le Green Lantern Corps démarre une nouvelle carrière dans cette série. The Lost Army voit en effet une poignée de Green Lanterns (John Stewart, Kilowog, Arisia et quelques autres…) se retrouver au milieu de nulle part, peut-être même d’un autre univers, en bien étrange compagnie…

Green Lantern: The Lost Army #1Green Lantern: The Lost Army #1 [DC Comics] Scénario de Cullen Bunn
Dessins de Jesus Saiz
Parution aux USA le mercredi 24 juin 2015

Avec le recentrage des séries fondées sur les Lanterns, le Corps joue à Lost (la série TV), avec quelques personnages connus se « réveillant » dans un contexte hostile et inconnu, sans grande idée de la manière dont ils se sont retrouvés là. La chose surprenante, au premier abord, c’est la « distribution », plus resserrée que le terme « army » pourrait le laisser croire. D’un autre côté, à part Soranik Natu et Mogo, l’essentiel des Green Lanterns extraterrestres notables sont bien là. Avec un « invité » pour le moins surprenant : Krona le renégat, le responsable indirect des Crisis et de pratiquement tout ce qui ne va pas dans l’univers. Sauf qu’il vient d’une autre époque. Ou que ce sont les Green Lanterns qui ne sont plus dans leur ère d’origine. Le préambule fait un peu « forcé », mais la situation se révèle intéressante, dans le sens où – en tout cas pour l’instant – on ne voit pas débarquer une énième armée ennemie et que du coup, le spotlight reste sur les Lanterns.

Au dessin, Jesus Saiz nous donne un John Stewart solide. Y compris et surtout avec des scènes plus réalistes qui évoquent le passé militaire du personnage. Il n’échappera à personne que le Stewart de Saiz est énormément inspiré du physique de Jamie Foxx, mais c’est loin d’être une mauvaise idée. Entre le script de Bunn et ce parti pris visuel, Stewart s’impose comme le leader naturel de la série, encore qu’il est vite rejoint par une autre figure perturbatrice. Avec Justice League qui lorgne sur la piste de Crisis et Convergence qui nous dit que cette dernière n’aurait pas existé, la présence de Krona fait que l’on peut se demander si Green Lantern: The Lost Army n’est pas appelé à des choses bien plus ambitieuses que l’on pouvait le penser. En tout cas ce démarrage respecte les personnages et leur donne une chance de briller.

[Xavier Fournier]