[FRENCH] A l’occasion du Free Comic Book Day, Dark Horse a publié dans la semaine un flipbook dont la fonction est de réintroduire deux héros classiques des défunts Gold Key comics (et, plus récemment, de Valiant): Magnus The Robot-Fighter et Doctor Solar. Ou deux personnages « cult » qui font leur début sous une nouvelle mouture. Et ce relaunch est gratuit…

FCBD Doctor Solar/Magnus #1 [Dark Horse] Scénario : Jim Shooter
Dessin : Dennis Calero, Bill Reinhold
Sortie aux USA le 1er mai 2010

Sans doute que pour des générations entières, Doctor Solar est un personnage inconnu qui s’amuse assez curieusement à « pomper » la visière du Cyclops des X-Men. En fait, c’est plutôt dans le sens inverse que les choses s’opèrent, la version première Doctor Solar, Man of The Atom, datant de 1962. Après avoir refait des apparitions de ci ou de là (en particulier dans l’univers Valiant des années 90), cet homme atomique est donc réinventé en version 2010 par Jim Shooter et Dennis Calero… Et il faut bien dire que ce nouveau Solar évoque plein de rapprochements avec le Doctor Manhattan des Watchmen… Corps reconstruit et étrange détachement émotionnel, capacité de se dématérialiser ou de se téléporter sans effort… Cet épisode court d’introduction a l’avantage d’être informatif (genèse du héros, présentation de son confident, explication de la provenance de ses ennemis…) mais est lui aussi assez « détaché » en lui-même, à plus forte raison parce que les personnages de Dennis Calero font un peu « figés » et donnent peu d’impression de mouvement. Il faudra voir ce que cela donne sur la longueur mais pour l’instant cette mouture de Doctor Solar s’annonce comme étant sans doute ce qui s’approche le plus d’une ongoing façon « homme nucléaire » à Manhattan (bien plus proche, encore, que pouvait l’être en son temps la série de Captain Atom)…

La deuxième partie de ce FCBD book est consacrée à Magnus, le chasseur de robots. Là, le dessin de Bill Reinhold se fait plus animé mais il me manque un peu le côté « classieux » que pouvait avoir la série dans les années soixante, quand les robots étaient aussi beaux que des cadillacs. Là, les automates font moins distingués, plus près de ce qu’on pourrait attendre d’une histoire de 2000 A.D. par exemple. Un bon point, cependant, à Jim Shooter pour avoir aménagé une relation entre Magnus et sa fiancée qui fait moins « acquise » (dans les sixties, la belle avait tout d’une potiche). Ici elle est capable de montrer les dents et de ne pas forcément se laisser marcher sur les pieds. Paradoxalement le scénario de l’histoire de Magnus est plus vivant que celui de Doctor Solar mais en termes de potentiel, c’est bien le premier segment qui m’intrigue le plus. A voir, forcément, ce que les choses peuvent donner sur la longueur. Mais l’idée de marquer le retour de deux gloires anciennes par un « free comic book » est assurément une bonne idée…

[Xavier Fournier]