[FRENCH] Il s’est fait bananer sur toute la ligne le Jackie, passé en l’espace d’un arc du rang de maître d’un pays à celui de… de quoi au juste ? Héros ? Vengeur ? Revanchard ? Lui-même ne le sait guère. La seule chose dont il est sur, c’est qu’il veut mettre un terme à tout ça. En face, son rejeton ne tremble pourtant pas. Il est, lui, le pouvoir incarné du Darkness et n’a aucune faiblesse humaine. D’ailleurs, c’est bien simple les Estacado ont été « élus » pour leurs défauts. Aïe aïe!

Darkness #6 [Top Cow] Scénario de Phil Hester
Dessin de Michael Broussard
Sortie américaine mercredi prochain (15 septembre 2008)

Il est en rogne Jackie Estacado. Tellement en rogne qu’il a refusé de se laisser mourir à la fin du dernier épisode et qu’il puise dans une ultime énergie pour invoquer le pouvoir qu’on pensait perdu. Il faut en finir. Il le sait. Il le veut mais même lui ne se doute pas de ce qui l’attends dans les tunnels du labyrinthe. Il pense encore avoir à faire à Kirchner, sans réaliser que ce dernier n’est plus. Il pense aussi que sa femme artificielle est encore en pleine grossesse. Surprise surprise, quand il arrive devant ses gremlins, il y a bien un nouveau manager dans la place.

Le gros de l’épisode est occupé par le combat entre les deux Darkness. En théorie le pouvoir sans limite du nouveau devrait ne faire qu’une bouchée de l’ancien mais Phil Hester lance quelques pistes pour équilibrer un peu le rapport de force. Mine de rien le nouveau-né balance quand même quelques vérités à son géniteur mais la fin de l’épisode est peut-être un peu trop abrupte. Elle ne reflète pas tout à fait la qualité de l’arc, qui aura été fertile en rebondissement. Peut-être aussi que j’aurais aimé voir se prolonger l’affrontement entre le père et le fils pendant quelques épisodes (car, oui, il y a bien un vainqueur à la fin. Quand à savoir lequel, on se contentera de vous dire que la série va continuer de s’appeler Darkness dans les temps à venir). Un Jackie pourchassant le Darkness, un peu à la manière de Banner pourchassant Hulk dans certains vieux épisodes… On aurait pu explorer des choses. Là, dans les dernières pages, on sent que le scénariste doit ranger ses jouets. Ou bien peut-être que Phil Hester a été si percutant ces derniers mois qu’on a du mal à accepter une fin de chapitre. Mais globalement, pour ceux qui auraient manqués les premiers épisodes, cet arc de Darkness devrait former un bon TPB…

[Xavier Fournier]