Avant-Première VO : Review Blackest Night: Flash #1[FRENCH] Blackest Night est en cours, Flash: Rebirth n’est pas terminé… mais voici déjà une mini qui fait le lien entre les deux. Les Rogues décédés mais aussi certains anciens amis de Barry Allen sont sur le pont pour animer la chose, même si elle se présente pourtant sur un angle chronologique assez curieux.

Blackest Night: Flash #1 [DC Comics] Scénario de Geoff Johns
Dessins de Scott Kolins
Sortie aux USA le mercredi 2 décembre 2009

Blackest Night: Flash #1La semaine dernière, dans Blackest Night, nous avons laissé Flash (Barry Allen) entouré de nombreux alliés transformés en Black Lanterns. Y compris des gens qui n’étaient pas morts. Ou qui ne l’étaient que depuis quelques secondes. Blackest Night: Flash se déroule visiblement quelques temps avant puisqu’on y voit certains de ces autres héros encore vivants. Mais dans le même temps Blackest Night: Flash se déroule après Flash: Rebirth. Sauf que pour compliquer le tout le Reverse-Flash, lui, est un voyageur temporel qui ne vit pas les événements dans le même sens. Du coup l’effet est ici assez curieux puisqu’on assiste à la résurrection de cet adversaire de Flash destiné à aller ensuite lui chercher des noises dans Rebirth. Ce n’est pas vraiment que l’effet soit loupé, c’est plutôt que cela nécessite une certaine gymnastique avant d’entrer dans l’histoire…

Finalement cette mini a plus le goût d’une suite de Final Crisis: Rogues puisqu’on y retrouve globalement la même équipe de bad guys et le même dessinateur… Et que d’autres Rogues (bien entendu décédés depuis belle lurette) sont au programme. Avec tout ces éléments pris en compte la lecture n’est pas désagréable mais on met quand même plus d’efforts à entrer dans le récit que lors de Blackest Night: Batman ou Superman, qui ne nécessitaient qu’une connaissance superficielle des événements dans les séries mères. Ici une connaissance de l’univers de Flash est un plus mais surtout il faut savoir remettre les choses dans l’ordre. Reste aussi quelques points d’interrogation comme le fait que partout ailleurs les Black Lanterns ont le chic pour traquer leurs proches et leurs parents. Ici, bizarrement, Boomerang Jr. est obligé de chercher son père. Et les Rogues décédés sont finalement assez absents de l’histoire à ce stade. Au passage, quitte à compliquer le tout, je me demande ce qu’est devenue la dépouille mortelle du Bart adulte ? Bref, pour les Flashophiles avertis Blackest Night: Flash #1 fait bien le show. Si par contre vous vous demandiez si vous n’alliez pas à nouveau vous mettre à Flash, il y a sans doute d’autres comics plus faciles d’accès que ce spin-off de Blackest Night.

[Xavier Fournier]