[FRENCH] Batman est arrivé à sauver son amour d’enfance mais elle n’est pas totalement tirée d’affaire pour autant. Pendant ce temps des puissances démoniaques s’affrontent dans les bas-fonds. Et un allié potentiel de Batman pourrait bien changer de bord. Pendant ce temps, quelqu’un semble avoir oublié quelque chose d’important dans la Batmobile…

Batman: The Dark Knight #4 [DC Comics] Scénario de David Finch
Dessins de Jason Fabok
Sortie aux USA le mercredi 27 juillet

Puisqu’il semble impossible que certaines séries loupent le rendez-vous du relaunch global de septembre prochain, les retardataires sont obligés de mettre les bouchées doubles pour rattraper l’écart. Sauf que Batman: The Dark Knight, série lancée sur les épaules de David Finch, ne pourrait, en théorie, se payer le « luxe » d’un épisode de fill-in. Du coup la solution trouvée est de faire appel à un protégé de Finch, Jason Fabok, qui dessine relativement dans le même style. Par relativement, je veux dire qu’on voit bien que les anatomies des personnages ne sont pas exactement les mêmes (Fabok dessine ses persos de façon un peu plus trapue). Mais dans le même temps il n’y a pas rupture d’ambiance et, même, dans l’éventualité d’un recueil, ce quatrième épisode ne « jure » pas. Reste à savoir, ensuite, si vous êtes fan (ou pas) de l’approche de Finch au départ.

Ce remplacement au pied levé est en tout cas moins problématique qu’on aurait pu le croire. Ce qui surprend peut-être plus, finalement, c’est le scénario qui laisse une part croissante au surnaturel. C’est à dire qu’en plus d’Etrigan le Démon et du Ragman surgit un troisième protagoniste démoniaque qui fait basculer l’histoire peut-être plus du côté d’un ghostbuster pour super-héros que vers l’univers habituel de Batman. Côté cultes sataniques, ce dernier a pourtant été servi (et Grant Morrison y a fait allusion à l’occasion dans son run personnel). Mais là, l’optique est résolument ouverte sur l’univers DC plus que sur la seule niche de Batman. Là dessus, je dois avouer que je suis un peu hésitant. D’un côté par moments on est en dehors de ce qu’on pourrait attendre d’un comic-book de Batman mais de l’autre c’est un coup de projecteur bienvenu sur des personnages secondaires. Disons que l’idée a les inconvénients qui vont avec ses avantages. Pendant ce temps l’intrigue liée à la voleuse de la Batmobile prend des chemins de traverse et… n’avance guère. Rien qui vous choquera particulièrement, cependant, si vous avez été friand des trois premiers épisodes. L’impact du tout est cependant tempéré par cette idée que bientôt il faudra mettre un terme à ce premier volume de ce qui aura été l’une des plus courtes ongoings de l’histoire de Batman. Peut-être qu’en septembre la série passera à la vitesse supérieure, à plus d’un titre…

[Xavier Fournier]