[FRENCH] Batman continue son tour d’horizon des Batmen en rendant visite à son homologie amérindien, Man-of-Bats. Si on connait de longue date ce membre du Club of Heroes et son sidekick, Grant Morrison ne le limite pas cette fois-ci à un super-héros en costume folklorique mais en fait aussi un personnage ancré dans une certaine forme de réalisme social. Presque une sorte de Kick Ass en réserve indienne ?

Batman, Inc. #7 [DC Comics] Scénario de Grant Morrison
Dessins de Chris Burnham
Sortie aux USA le 29 juin 2011

On sait finalement peu de choses du héros indien Man-of-Bats et de son sidekick Little Raven en dehors du fait qu’ils sont les Batman & Robin d’une réserve indienne, lancés dans les années 50 et (à part un épisode de team-up avec le justicier de Gotham qui remonte à cette période) limités à des scènes de groupe depuis que Grant Morrison les a ramené dans le giron du Batverse. Un Batman indien tendance costume folklo, avec les plumes en cadeau ? Oui, mais pas seulement. Morrison dresse ici le portrait de deux héros qui n’ont pratiquement rien à faire (vu que les extra-terrestres et les super-villains commencent rarement leur conquète du monde depuis une réserve indienne) et qui doivent en prime faire avec les moyens du bord. On est donc clairement dans le registre du Real Life Superhero, avec des patrouilles en camionnette et certaines missions qui frôlent presque le travail de conciergerie. Man-of-Bats et son fils apparaissent comme des personnages plein d’espoirs et d’envies dans un monde qui est d’un réalisme carnassier et où les choses dégénèrent vite…

Il y a quelques décennies, le méchant de l’histoire aurait forcément été un sorcier véreux ou un richissime escroc voulant voler leur terre aux indiens. Morrison arrive à conserver le côté « roots » des heroes, sans rien renier, tout en leur donnant une dimension moins pittoresque. Et surtout on retombe sur l’intrigue du Leviathan et de l’élimination voulue de tous les bat-personnages. Est-ce que Man-Of-Bats et Raven seront encore debout à la fin de l’épisode ? Ce serait gâcher le plaisir de vous le dire d’avance. Mais il est étonnant de voir comment le scénariste continue encore et toujours de trouver des variations sur la dynamique de Batman & Robin (ou d’un tandem identique) sans jamais répéter exactement la même formule. Deux héros sans doute pas très cosmiques, qu’on ne risque pas (jusqu’à preuve du contraire) de retrouver de si tôt dans le line-up de la Justice League, mais qui gagnent beaucoup de relief dans cet épisode…

[Xavier Fournier]