[FRENCH] Le crossover Night of the Owls débute, débordant largement des pages de Batman pour contaminer les rues et même les sous-sols de Gotham. Face à l’attaque, Bruce Wayne est tout simplement dépassé, ne peut pas contrer le siège de Wayne Manor et défendre par ailleurs la liste des victimes potentielles. Une montée en puissance assez bien sentie…

Batman #8 [DC Comics] Scénario de Scott Snyder
Dessin de Greg Capullo
Sortie au USA: Mercredi 18 avril 2012

Depuis l’annonce du crossover Night of the Owls prolongeant l’arc initié dans Batman, on pouvait se demander si DC et Snyder n’étaient pas en train de tirer en longueur quelque chose qui avait très bien commencé mais qui risquait de perdre de sa saveur à l’usure ou à force d’une trop grande duplication. Ce numéro charnière est au contraire très rassurant en ce qui concerne les possibilités des Owls étendus au reste du Bat-Universe. D’abord il y a l’attaque centrale. Et c’est ça la trouvaille : ce n’est pas Batman la cible principale de ces chasseurs nocturnes mais bien Bruce Wayne, la Batcave n’étant qu’une sorte de découverte collatérale. En dehors d’un petit problème de logique (il y a d’emblée des dizaines de Talons envoyés en découvre avec un Bruce Wayne qu’ils pensent normal alors que le reste des cibles semblent n’avoir qu’un assassin attitré), le ton est donné et l’ambiance est profondément efficace. On retrouve ce thème de la Batcave assiégée qu’on avait pu voir dans Batman R.I.P. mais avec un héros à la fois plus concentré et plus faillible. C’est d’ailleurs à mettre au crédit de Snyder : Il arrive à représenter un Batman/Bruce qui sans rien perdre de ses moyens ou de sa « superbe » peut-être mis en situation de danger (là où certains autres scénaristes s’enferment parfois dans un Batman trop puissant pour qu’on ressente encore un sentiment de suspens). Non, là les choses sont équilibrées et continuent d’être intéressantes au huitième épisode. Mieux ! Elles y gagnent sur la longueur.

La trouvaille de Snyder est de continuellement remettre Gotham au centre des choses. Non seulement Batman découvre avec horreur qu’il ne cernait pas tous les tenants et les aboutissants de la ville… Mais même le fait que ce soit Bruce Wayne et pas son identité masquée qui soit la cible est en un sens une attaque à son sentiment d’importance au sein de la cité. Et l’astuce est en un sens contagieuse : Là où il aurait été un peu téléphoné que les Talons s’attaquent massivement aux alliés de Batman, la chose se produit sous un autre angle. Batman et Alfred obtiennent la liste des potentielles cibles des Talons et la communiquent aux autres héros dans l’espoir qu’ils puissent les sauver. Toute la Bat-famille se retrouve donc impliquée mais de manière plus déterminée, plus logique, qu’on aurait pu le croire. Batman #8 est dynamique et touche au but. Après ça, pas de doute quand à l’utilité ou au « sens » d’un crossover. Il existe, il est justifié. Mieux encore : on ne demande qu’à en voir plus. Vivement, donc, le prochain épisode…

[Xavier Fournier]