[FRENCH] Batman est sur la piste de la « Court of Owls », encore qu’on peut se demander si ce n’est pas plutôt le contraire et si ce n’est pas le justicier qui est la proie de ce cercle secret. Toujours sans prise sur l’assassin Talon, Bruce Wayne n’est cependant pas sans information sur cet ordre ancien. En effet, ce n’est pas la première fois qu’il poursuit cette société ancienne. Et tout ça nous ramène peut-être à l’origine même de Batman.

Batman #4 [DC Comics] Scénario de Scott Snyder
Dessin de Greg Capullo
Sortie aux USA le mercredi 21 décembre 2011

Talon est dangereux. Très dangereux. Au point qu’il arrive à mettre en échec Batman. Plus que quiconque dans l’histoire récente, l’assassin pose un défi sur le plan physique et pour les qualitiés de limier du héros. Au moins, avec le Black Glove ou Leviathan, Batman et ses alliés ont quelque chose sur quoi taper. Là, le personnage surgit à chaque fois qu’ils ne l’attendent pas et repart sans laisser de traces. Sauf que Batman a déjà mené cette enquête il y a des années de ça, quand il n’était pas encore Batman et qu’il pensait que la Court of Owls pouvait le mener à élucider le meurtre de ses parents. Une autre tranche de vie du (très) jeune Bruce Wayne…

L’ordre secret (qui serait – peut-être – lié à l’enfance de Bruce qui de toute manière a des liens avec la famille Wayne depuis des lustres) semble un peu piétiner certaines choses écrites récemment par Grant Morrison dans Return of Bruce Wayne. Ou tout au moins faire double emploi : combien de sociétés secrètes se sont donc acharné sur les Wayne au fil des siècles ? Mais en même temps, dans les faits, ce n’est pas incompatible. L’important, de toute manière, reste la façon dont les choses sont amenées. Et là, que ce soit avec le scénario de Snyder ou les dessins de Capullo, tout ça est assuré avec beaucoup de doigté. Seule petite « routine » : le coup du piège mortel en fin d’épisode qui risque de devenir rengaine si la chose perdure dans les mois à venir. Mais c’est un détail et dans l’ensemble l’équipe créative fait un sans faute…

[Xavier Fournier]