Avant-Première VO: Review Ant-Man Annual #1[FRENCH] Un annual consacré à Ant-Man ? Ce n’est pas tout à fait un hasard si Marvel le publie ces temps-ci, avec la sortie d’un film consacré à Scott Lang. Mais Nick Spencer en profite également pour faire le point, fort à propos, dans les relations entre Lang et son « mentor », Hank Pym. Et elles sont complexes, c’est le moins que l’on puisse dire.

Ant-Man Annual #1Ant-Man Annual #1 [Marvel Comics] Scénario de Nick Spencer
Dessins de Ramon Rosanas & Brent Shoonover
Parution aux USA le mercredi 15 juillet 2015

Scott Lang tente toujours d’établir des relations avec ses deux employés mais ceux-ci ne sont pas vraiment intéressés. Grizzly est dans son monde et Machinesmith est détestable. Seulement voilà, Lang n’est pas doué pour se faire des amis. Il est bien obligé de faire avec ceux-là. D’autant qu’il apprend les événements de Rage of Ultron et réalise que Pym a été, à ce jour, le seul à vraiment lui faire confiance. Bon, l’équation de Spencer continue de pécher sur cet angle puisque Ant-Man est plutôt bien vu dans la communauté super-héroïque, a des attaches avec les Fantastiques, les FF, une partie des Avengers et que ce n’est pas parce qu’il est grillé auprès d’Iron Man qu’il est pour autant en froid avec tout le monde. Mais là où le scénariste fait mouche (et non pas fourmi, oui, je sais…), c’est en rebondissant sur Rage of Ultron, album dont je pensais bien que l’on n’entendrait plus parler avant la fin de Secret Wars (ne serait-ce que le line-up des Avengers aperçu semblait l’indiquer). Et là, dans sa situation actuelle, Lange est, du coup, un des personnages les plus impactés, même si son admiration pour Pym n’est pas sans limite.

Scott Lang est-il l’héritier spirituel de Pym ? Pas si l’on en croit les flashbacks, qui détaillent les relations entre les deux hommes. D’une certaine manière, je suis ambivalent sur ces passages car il me semble, d’une part, que Spencer écrit un Pym plus intéressant, moins pleurnichard que celui de Remender. Mais de l’autre côté il en remet aussi une couche sur le CV du premier Ant-Man, qui perd peut-être une chance d’être montré sous un jour plus sympathique (on en sera quitte pour se rabattre sur l’amitié entre Pym et Murdock dans les Daredevil de Mark Waid). Mais l’important, au final, c’est que cet annual contribue à sculpter le caractère de Scott, montrer en quoi il se distingue de son prédécesseur mais peut-être, aussi, lui ressemble (tout dépend l’intention du cadeau final de cette histoire). Je me dis qu’un de ces quatre je serai assez curieux de voir un combat Ant-Man/Ultron par les auteurs actuels. Oui, Lang l’a déjà affronté dans des scènes de groupe mais ce serait intéressant de voir ces deux « retombées » d’Hank Pym se confronter.

[Xavier Fournier]