Amazing Spider-Man: Renew Your Vows #4[FRENCH] Spider-Man est capturé par Regent. Sa femme et sa fille ont été mystérieusement enlevées. La famille Parker est dans une bien fâcheuse posture. Mais reste un super-pouvoir que l’on ne peut voler : l’espoir. Un plan s’échafaude

Amazing Spider-Man: Renew Your Vows #4Amazing Spider-Man: Renew Your Vows #4 [Marvel Comics] Scénario de Dan Slott
Dessins d’Adam Kubert
Parution aux USA le mercredi 19 août 2015

Dan Slott continue d’explorer un univers où l’on a jamais effacé le mariage entre Peter et Mary-Jane, où leur fille n’a jamais été « annulée ». On pourrait dire que c’est l’univers Marvel dénué de « révisions ». Néanmoins, ce cours des choses existe déjà dans un autre concept de l’éditeur : May Parker, alias Spider-Girl et son univers MC2. Même si la série est éteinte ces temps-ci, il y aurait risque de redite… Mais Slott fait tout ce qu’il faut pour que cela ne soit pas le cas. D’abord il y a le contexte global : dans ce monde-là, Peter a tout sacrifié à sa famille, même ses alliés. Et cela ramène un sens de la « responsabilité » et de la culpabilité. Puis il y a bien sûr la tyrannie de Regent qui fait aussi la différence. Malheureusement le « big boss de niveau » est un peu basique, ne se caractérise que par sa puissance et pas par sa personnalité. On aurait aimé un méchant de service avec un peu plus de charisme. Cependant le fait que Slott et Kubert prennent la peine de créer un personnage inédit laisse imaginer qu’on pourrait revoir Regent dans d’autres circonstances.

Ce qui caractérise ce quatrième numéro, c’est que Spider-Man n’y peut plus grand-chose et que, comme la couverture l’indique, sa petite fille prend le relais, en mode « Spider Hit Girl ». C’est basique, mais cela fonctionne grâce au sentiment qu’y mettent les auteurs (par exemple Adam Kubert s’est basé sur des photos de sa fille en costume). Les choses sont loin d’être imprévisibles mais sont cependant prenantes. Avec ce quatrième numéro, les choses s’inversent. Au final ce sera sans doute une des mini les plus solides et régulières dérivées de Secret Wars. Parce qu’il y a du cœur. Dans les trois premiers, Spider-Man voulait sauver et cacher sa fille. Cette fois Annie ne se cache plus. Et c’est « let’s save dad », indeed !

[Xavier Fournier]