Avant-Première VO : Project Superpowers: Meet The Bad Guys #4[FRENCH] La minisérie « Meet the Bad Guys », dérivée de Project Superpowers, s’achève sur un épisode qui repose sur la Supremacy et le Scarab. Pas de révélation tonitruante mais ce numéro permet de mieux percevoir les relations qui règnent au sein du principal groupe opposé aux Superpowers de Ross et Krueger.

Project Superpowers: Meet The Bad Guys #4 [Dynamite] Scénario de Alex Ross & Joe Casey
Dessins de Jackson Herbert
Sortie aux USA le mercredi 25 novembre 2009

Avant-Première VO : Project Superpowers: Meet The Bad Guys #4Bon. Disons-le franchement quand il s’agit de Project Superpowers j’hésite entre deux expressions : « plaisir coupable » et « mal nécessaire ». Ce serait énormément exagérer de dire des séries liées à cet univers qu’elles sont d’une lisibilité à toute épreuve tant il est vrai qu’il s’agît surtout et avant tout de ramener en masse des personnages du Golden Age et ensuite, de manière secondaire, de tisser une histoire. D’une certaine manière Project Superpowers c’est un peu comme la réintroduction en milieu naturel de quelques espèces qu’on croyait disparu. Et cet objectif a tendance à l’emporter sur le reste. J’applaudis des deux mains en ce qui concerne ce « sauvetage » (même si d’autres labels avaient déjà utilisé des héros comme Black Terror ou Daredevil, le fait qu’Alex Ross fasse jouer sa réputation leur assure un regain de notoriété) mais il est vrai que souvent les histoires font un peu bricolée, sacrifiées pour ramener encore plus de personnages. Dans un univers qui déborde déjà de protagonistes, Meet the Bad Guys m’est globalement apparu comme une minisérie qu’on aurait pu s’épargner puisqu’il s’agissait de rajouter encore plus de persos mais des nouveaux cette fois. Pour ce dernier numéro, par contre, deux choses viennent s’ajouter au bénéfice de l’entreprise.

D’abord il ne s’agit pas de rajouter encore des inconnus avec leurs doses de secrets mais bien de s’attarder sur des concepts présents depuis la première minisérie, à savoir le Scarab et la Supremacy. Autrement dit le héros-scarabée et l’organisation criminelle qu’il a infiltré. Pas de chamboulement dans l’histoire principale, il n’y a pas de scène à la « Luke, je suis ton père » mais le fait qu’on voit de plus près des « méchants » qui sont surtout restés dans l’ombre jusqu’ici permet de gagner en intérêt. Même si vous avez fait l’impasse sur les numéros précédents de « Project Superpowers: Meet The Bad Guys » ou même sur « Project Superpowers » depuis la fin du premier volume, ce numéro est assez autonome pour se prendre comme un complément pour explorer le « côté obscur » de l’univers de PS. Ajoutez à ça que le dessin de Jackson Herbert et les couleurs de Ivan Nunes (si elles donnent parfois un résultat un peu figé) me semble plus proche des ambiances d’Alex Ross que beaucoup de choses publiées pour le compte de cet univers ces derniers mois.

Et la double page traditionnelle ou Ross explique les origines d’un héros n’est pas dénuée d’intérêt puisqu’elle permet d’en dire plus sur la genèse de Scarab. Si vous pensiez qu’il s’agissait d’un héritier de Blue Beetle, il va falloir repasser, son ascendance est à la fois voisine et plus simple, tout en formant un parallèle avec des créations comme Ted Kord sans les singer. Peut-être pas inoubliable mais sans doute le meilleur numéro de « Meet… »

[Xavier Fournier]