[FRENCH] Tandis que la série Hulk se centre sur le rôle du Red Hulk dans le contexte général de Fall of the Hulks, « Incredible » s’intéresse de manière complémentaire aux activités de Bruce Banner et de son fiston, en compagnie d’une ribambelle d’autres alliés… Et l’intérêt est plus relevé…

Incredible Hulk #608 [Marvel Comics] Scénario de Greg Pak
Dessin de Paul Pelletier
Parution aux USA le mercredi 17 mars 2010

Le numéro d’Incredible Hulk de ce mois est une autre route qui nous mène vers la conclusion de Fall of the Hulks, en voyant les choses sous le regard de Bruce Banner, alors qu’il passe à l’attaque d’un autre côté. Et surprise, sans que cela me pousse vraiment à m’intéresser au prochain World War Hulks, on est quand même à un autre niveau d’histoire que ce qu’on a pu voir dans Hulk tout court. D’abord, même s’il y a là aussi quelques guest-stars (Namor, Spider-Man…), Greg Pak s’est employé a entretenir le fait que le récit émane de l’univers de Hulk, prenant soin d’ajouter quelques visages « maisons ». Amadeus Cho, la Savage She-Hulk, Talbot, Betty… Tout ça fait qu’une bonne partie des personnages interviennent dans un climat de réunion logique. Incredible Hulk n’est pas détourné par les autres vedettes de l’univers Marvel : il y attire pour l’occasion quelques amis ou tout au moins alliés dans la présence est, dans la plupart des cas, justifiée. Et dans le même temps Greg Pak ne fait pas de la « résistance », il ne se prive pas d’utiliser les ajouts de Loeb (la Red She-Hulk par exemple) mais tout ça participe à un tout qui ne sauve pas totalement Fall of the Hulks à mon sens mais qui quand même remonte nettement le niveau.

Un bon signe de la qualité de l’approche réside en la conclusion à tiroir de l’épisode. Greg Pak (épaulé par Paul Pelletier aux dessins) n’achève pas les choses sur une scène similaire à celle de Hulk qui mènerait seulement à World War Hulks. Non : il enchaine et pose déjà les jalons pour un « après ». Une sorte de « enjambons WWHs et demandons-nous déjà ce qui se passera après » qui n’est pas sans convaincre que Pak, lui, construit sur le long ou tout au moins le moyen terme. Si on devait reprocher quelque chose à Pak cela se résumerait sans doute au gimmick un peu trop présent du « Bannertech », sorte de technologie à tout faire qui explique tout et son contraire, un deus ex machina qui fait que Banner se sort de tout ce qu’il faut pour entretenir l’histoire et qui a des limites seulement quand l’intensité dramatique l’exige. En dehors de cette peccadille, Pak continue de s’imposer comme LE scénariste central de l’univers de Hulk (processus initié bien sûr depuis Planet Hulk) et mériterait bien un fauteuil de choix plus tard pour reconstruire le tout, quand les Hulks rouges auront quitté la place…

[Xavier Fournier]