Galveston #2[FRENCH] Suite des aventures en tandem du pirate Jean Lafitte allié à l’aventurier de l’Ouest James Bowie. Cette amitié a une base historique et, à partir de là, la scénariste Johanna Stokes brode une histoire plausible et aux dialogues parfois acérés. Dommage, mille fois dommage, qu’aux dessins ça ne suive pas.

Galveston #2 [Boom!] Scénario de Johanna Stokes
Dessin de Todd Herman

Sortie aux USA: Sortie aux USA le 24 décembre 2008

galvestonbAprès avoir échappé à la mort ensemble dans le premier épisode, James Bowie et Jean Lafitte se réfugient à Galveston, ville que le pirate connait bien puisqu’il en est en gros le maître incontesté. Mais Lafitte est un pirate/magouilleur ambitieux et il ne reste jamais longtemps sans monter une nouvelle embrouille. Une petite visite de courtoisie à celle qui semble être sa dulcinée, Madeline Ragaud, et bien vite le maître de Galveston trouve déjà une nouvelle idée de bateau à attaquer tandis que James Bowie incarne la raison. Des personnages bien campés, avec de bonnes répliques. Mais il y a un « Mais… »

Le mois dernier, après que le dessin ait été partagé entre deux artistes, je concluais que la série y gagnerait si elle n’avait qu’un seul dessinateur… Et bien malheureusement c’est ce qui s’est passé et on ne peut pas dire que ce soit une réussite. Il n’y a bien qu’une seule signature cette fois (Todd Herman) mais bon sang que c’est mauvais. Certaines pages sont justes des ébauches, comme si l’éditeur s’était introduit la nuit dans l’atelier du dessinateur pour lui faucher des brouillons et les faire coloriser directement. Une fois qu’on enlève la couleur, ce qui reste en dessous est parfois du niveau d’un gribouillage ou de « silhouettes » qu’on place pour étudier le découpage. Les visages d’Herman sont souvent travaillés que lorsqu’il s’agit de gros plan. Dès qu’on passe à un cadrage où le personnage est en plan américain, voir en pied, les traits des visages sont expédiés avec quelques traits.

Visiblement Boom! a de hautes espérances concernant cette série. Et en théorie ils ont raison. Ce mix entre pirates et cow-boys (qui peut de plus s’appuyer sur la légitimité de l’Histoire réelle) est scénaristiquement très intéressant. Mais pour un projet si « en vue » dans la gamme de l’éditeur, il aurait sans doute mieux valu choisir un dessinateur ayant les épaules. La même histoire mise en images par Matt Cossin (qui dessinait, également pour Boom!, du Zombie Tales la semaine dernière) et je suis signe tout de suite. Ce n’est pas dit avec volonté d’enfoncer Herman mais il y a visiblement une erreur de casting. Là, malheureusement il faut se farcir des dessins maladroits et arriver à la fin de l’épisode demande un effort certain. Voir trop d’efforts tout court.

[Xavier Fournier]