[FRENCH] Séparé de ses adversaires (les héros de Farscape), le terrible Scorpius ne perd rien de sa dangerosité. Bien au contraire, sans personne pour le contrer, le voici qui redevient une menace de premier plan pour le reste de l’univers. Et il lui suffit juste de quelques paroles…

Farscape: Scorpius #1 [Boom!] Scénario : Rockne S. O’Bannon, David Alan Mack
Dessin : Mike Ruiz
Sortie aux USA le 12 mai 2010

Farscape: Scorpius est la série-soeur du mensuel Farscape normal, un peu comme si un titre Fantastic Four: Doctor Doom servait de pendant aux aventures des FF (l’idée n’est pas mauvaise, d’ailleurs, Marvel ferait bien de s’en inspirer). Les auteurs peuvent du coup profiter d’un champ libre donné à leur personnage, lequel seme le mal sans rien pour le retenir. Ou tout au plus du menu fretin d’extra-terrestre qui, malgré son arsenal, ne fera pas long feu en face de ce manipulateur-né. La chose est assez bien vue et le retour en force du personnage se fait de façon aussi impitoyable que mathématique. Sans que ce soit d’un machiavélisme débridé, on regarde avec plaisir les dominos tomber.

Pour l’instant j’ai quand même une petite crainte au sujet de la progression et la fin de l’arc, sachant qu’à l’évidence la raison d’exister de cette série est de forger à terme un crossover avec l’habituel Farscape. Dans ces conditions, que donnera Farscape: Scorpius dans le cadre d’une lecture autonome. Difficile à dire et, comment souvent, il faudra attendre d’avancer avant de se prononcer. En tout cas le titre nous place très bien Scorpius comme prince des menteurs et des manipulateurs et permet à cet univers partagé de grandir au delà des voyages des héros identifiés de la série. Une série « maléfique » qui continue d’être plutôt une bonne surprise…

[Xavier Fournier]