[FRENCH] Top Cow tire une nouvelle fois avantage de la nature héréditaire du Darkness pour mettre sur pied un récit annoncé comme « lovecraftien » concernant un des ancêtres de l’anti-héros actuel… Mais également un homme hanté par le remord qui cherche désespérément à entrer en contact avec le Darkness de cette époque…

Darkness: Shadows And Flame [Top Cow] Scénario de Rob Levin
Dessin de Jorge Lucas
Sortie aux USA le mercredi 20 janvier 2010

Le pouvoir du Darkness est basé sur l’imagination et l’inventivité de celui qui le détient. Aussi peut-on facilement imaginer qu’un peu plus d’un siècle en arrière le Darkness de son temps ne s’amusait pas à créer des petites gargouilles grimaçantes façon « gremlins » mais invoquait plutôt des créatures tentaculaires encore plus terrifiantes, proche de ce qu’on a pu lire ensuite dans les romans de Lovecraft. Sorti de là l’histoire de Rob Levin est assez classique et m’évoque un peu du Edgar Alan Poe par son côté « tragédie familiale ». Ce qui est un peu dommage c’est que le récit ne tire pas totalement parti du retour en arrière: Tant qu’à faire « lovecraftien » on aurait pu imaginer que le célèbre romancier fantastique se retrouve lui aussi pris dans l’histoire, ce qui aurait pu expliquer d’où lui venait certains concepts. Dans l’état Levin s’attache beaucoup à la description des deux personnages principaux et sans doute pas assez au contexte de l’époque. Certains éléments de folklore sont également assez peu expliqué (Par exemple: le Darkness trace des signes cabalistiques avant de matérialiser ses créatures et on ignore un peu s’il a réellement besoin de le faire pour une raison inexpliquée ou si c’est simplement de la superstition de sa part).

Jorge Lucas fait lui le trait d’union avec la série régulière puisqu’il a déjà eu l’occasion d’illustrer les aventures du Darkness moderne. Il se débrouille assez bien pour faire cohabiter le côté noir de l’histoire (et de toute manière la noirceur fait partie de son style récent) avec certains côtés psychédéliques dus aux « visions » d’un des personnages. Shadows And Flame ne peut pas se définir comme un one-shot « indispensable » aux amateurs de la série régulière mais on notera cependant qu’à l’heure où les principaux gros éditeurs passent le prix du moindre « spécial » vite oublié à 3.99$, le prix de cette balade lovecraftienne est à 2.99$ ce qui finalement est assez sympathique. C’est peut-être aussi une manière de lire un récit fantastique même comme on connait peur l’univers du Darkness…

[Xavier Fournier]