[FRENCH] Qui est de taille à tabasser le Fléau, un des colosses majeurs de Marvel ? La chose s’est déjà produite mais elle a rarement annoncée de bonnes choses. Quand Spider-Man constate que son adversaire a non seulement été rossé mais à également fait un énorme vol plané, il ne peut s’empêcher de se demander quel genre d’individu rode. Et nous aussi !

Amazing Spider-Man #627 [Marvel] Scénario de Roger Stern
Dessin de Lee Weeks
Parution aux USA le mercredi 31 mars 2010

La revue Amazing Spider-Man fait une pause dans son maxi-arc du « Gauntlet » (et c’est vrai que ce n’est pas plus mal, le passage en revue du bestiaire de l’homme-araignée commençait à être répétitif) mais ce n’est pas pour autant que le héros lui-même peut se reposer. D’abord il y a son sens d’araignée qui le taraude (et ça, ce n’est jamais bon signe). Ensuite il y a l’arrivée plutôt chaotique du Juggernaut… Et comme la promesse qu’une menace plane non loin. Roger Stern retrouve à nouveau une série qu’il a bien bien connu dans les années 80 et on sent nettement l’expertise du scénariste. En quelques pages, par exemple, il fournit au lecteur tout ce qu’il a besoin de savoir sur l’état et l’historique des relations entre Spidey et Juggy. J’apprécie aussi son utilisation minimaliste des références à Doctor Strange qui, pourtant, permettent de souligner la puissance du personnage (dans l’ambiance ça m’a un peu évoqué les gimmicks de JMS sur les relations Strange/Spider-Man). Et pendant un bon moment je dois dire que je me suis bien demandé qui était ou ce qu’était donc la puissance inconnue qui rodait aux alentours, sans vraiment arriver à identifier le coupable.

Les scénaristes récents de la série ne sont pas des amateurs. Il y a même plutôt du beau monde qui participe à la « rotation » de la série. Mais ce n’est pas leur faire injure de dire que quand quelqu’un avec l’expérience de Roger Stern se glisse aux commandes, ça se sent. Pas de renversement spectaculaire de la vie du tisseur, pas de mort coup de théâtre ou pas d’artifice du genre. Juste une bonne histoire de super-héros qu’il fait bon lire (même si elle n’est pas exempte de ses petits clichés, comme la facilité déconcertante avec laquelle le héros créé une boucle vidéo avec un simple appareil photo). Je dois avouer que – mais après, j’avoue, c’est une histoire de goûts personnels – je ne suis pas très friand du style de Lee Weeks. Pourtant cette fois c’est plutôt une bonne surprise en ce qui me concerne. Amazing Spider-Man #627 est donc une bonne lecture et surtout, si vous faîtes partie de ceux que ne peuvent ou ne veulent lire une série trimensuelle tout au long de l’année, l’épisode est reader-friendly même si vous n’êtes pas au courant des derniers événements de la vie du Tisseur-de-toile. Tout au plus risquez-vous d’avoir envie de lire la suite et donc d’embrayer sur la suite de l’arc. Mais c’est un risque bénéfique…

[Xavier Fournier]