ironman27.jpg[FRENCH] Suite de la saga « Haunted » dans laquelle notre héros affronte son ennemi juré, le Mandarin, une nouvelle fois. Cette aventure fait une nouvelle foit directement écho au premier story-arc de Iron Man Vol.2 (est-il besoin de rappeler qu’il fut réalisé par Warren Ellis et Adi Granov ?). A noter que pour ce numéro, Carlos Pagulayan remplace Roberto De la Torre et que ce changement se fait dans la continuité. Pour ce qui est du scénario…

Iron Man : Director of S.H.I.E.L.D #27 [Marvel]

Scénario de Daniel and Charles Knauf
Dessin de Carlo Pagulayan.

Sortie américaine le 19 mars 2008

Depuis que Tony Stark avait pris la tête du S.H.I.E.L.D, la série se traînait un peu. Mais le retour du Mandarin, ennemi fidèle d’Iron Man, a mis un peu de piment dans tout ça. Un bref récapitulatif : le Mandarin veut relâcher le virus Extremis sur la population. Ce virus confère à certaines personnes des capacités surhumaines et tue les autres (c’est une affaire de génétique). Iron Man part donc à la recherche de son ennemi. Cette fois, c’est personnel ! Durant l’arc Extremis, Tony s’est injecté le virus et possède à présent un réseau neural développé ce qui lui permet d’utiliser les machines à distance. Pour pouvoir affronter le Mandarain, il doit donc revêtir une ancienne armure, moins sophistiquée. Durant l’affrontement avec le Mandarin, Tony se retrouve encercleé par des créatures dopées à l’Extremis. Le S.H.I.E.L.D intervient et sauve ainsi son directeur.

Ce numéro est beaucoup plus calme que le précédent. On découvre ici les répercussions du combat entre Tony et le Mandarin. L’aspect politique et financier est mis en avant. Le S.H.I.E.L.D croit en une conspiration au sein même du Gouvernement américain. Doc Samson et Norman Osborn (tous deux échappés des Thunderbolts) s’affrontent dans une joute verbale, très drôle, au beau milieu du Parlement. Le changement d’artiste pour ce numéro fill-in ne se voit quasiment pas. Pour être franc, ce n’est que lors de la lecture des crédits que je m’en suis aperçu ! La saga est sensé se terminer dans le prochain numéro et pourtant rien dans ce numéro n’en donne l’impression. Néanmoins, l’idée de surfer sur la saga Extremis est plutôt ingénieux, compte tenu de la future sortie du film et l’impact qu’avait eu cette saga pour le lancement de la production. On espère juste que le final sera du même niveau que les numéros précédents et qu’il nous scotchera à notre siège. Revenez le mois prochain pour le découvrir…

[Pierre Bisson]