hulk110.jpg[FRENCH] Lancé dans les événements de Word War Hulk, le scénariste Greg Pak prend dans cet épisode le temps d’expliquer un secret de poids concernant le géant vert: Une capacité qu’il avait depuis des années sans que personne, même lui, le sâche. Et pendant ce temps les Renégats continuent de s’affirmer comme une équipe atypique, capable d’agîr avec conviction même quand elle n’est sûre de rien!

Incredible Hulk #110 (oct.2007)
Scénario de Grek Pak
Dessins de Carlo Pagulayan
Encrage de Jeff Huet
Sortie américaine prévue: 5 septembre 2007

Greg Pak est un véritable auteur bicéphale en ce moment. Quand il écrit World War Hulk, il n’a en gros qu’à se reposer sur le style de John Romita Jr. Ca n’a rien de mal en fait puisqu’il est clair qu’on n’attends pas de WWH une introspection débordante. Non, la mini-série simultanée WWH, c’est de la castagne assurée: Hulk revenant mettre la pâtée à ceux qui l’ont bannis. Et avec JRjr aux dessins, c’est du grand spectacle, c’est certain. Mais à un certain égard, tandis que l’action se passe dans WWH, le contenu de Incredible Hulk est autrement plus écrit.

En quelques numéros, Pak a construit une nouvelle équipe de personnages, avec une dynamique qui leur est propre. Voilà des héros qui finalement ne connaissent pas Hulk si bien que ça mais qui se sont rangés de son côté, un peu à leur corps défendant, car ils pensaient que c’était la chose juste. L’ennui c’est que les événements récents les ont vus obligés de se poser des questions quand à ce choix. Est-ce qu’il est vraiment juste d’être avec Hulk contre le reste du monde alors que celui-ci (en tout cas dans son ensemble) n’a sans doute pas mérité ça. Ajoutez à ça la sauvagerie de la revanche verte et les Renégats sont maintenant pratiquement sûrs de s’être formés sur un malentendu. Sauf leur leader qui reste convaincu du contraire.

A partir de là, Pak se livre à un véritable jeu de douches écossaises à travers tout le numéro. Un moment on pense que la confiance aveugle du dit chef pour Hulk va lui couter la vie, passé au fil de l’épée. C’est pour s’apercevoir à la page suivante que finalement il n’en est rien. Oh, et puis si, l’instant d’après tout est remis en question. Jouer ainsi avec les nerfs des personnages (et ceux des lecteurs) comporte un risque: si l’auteur se plante, il peut donner l’impression qu’il cherche à gagner du temps où que sa propre opinion est confuse quand à ses personnages, cherchant à ménager la chèvre et le chou. Il n’en est heureusement rien dans le cas présent et Pak s’en tire à merveille, sculptant la mentalité de ses héros à travers ces aspérités.

A la lecture, on change d’avis deux ou trois fois (au moins) sur le but ultime d’Amadeus Cho. Qui a t’il trahit ? Hulk? Les Renégats? Aucun des deux? Tout le monde? Par moments sa naiveté et son idée saugrenue pour Hulk (concernant « Gammaworld ») semblent le mener droit à sa perte. Lui, c’est un intellect tortueux, mystérieux, dont on n’a sans doute pas encore vu tous les méandres. En face, Hulk c’est une rage franche, affichée. C’est cette confrontation qui fait toute la différence avec ce qui serait autrement un simple épisode de « parlote » pour gagner du temps tandis que les vrais événements se dérouleraient dans World War Hulk.

Contre toute attente, passé un certain cap, Amadeus a le dessus dans la discussion, révélant des choses que même Hulk semblait ignorer sur son parcours. Pak y va là aussi d’un Deus Ex Machina (c’est drôle, c’est le deuxième cette semaine qui soit lié à un personnage « gamma ») pour dédouaner Hulk de certains actes, ébauchant du coup une sorte de nouveau super pouvoirs. On savait depuis des années que Hulk avait bizarrement la capacité de voir les fantômes et les êtres astraux et bien voici qu’il faudra rajouter à la liste de ces aptitudes le don mentionné dans ces pages. L’astuce a beau être grosse, elle n’en reste pas efficace, surtout quand on pense que la démonstration de Cho avait pour but de prouver une bonne fois pour toute que le bon côté, c’est celui de Hulk. C’est pourtant à ce moment là que le combat devient physique et on vous laisse imaginer ce que ça peut donner: Hulk contre un gamin. L’issue semble écrite d’avance. Quoi que…

Bien sûr, les Renégats arrivent pour sauver leur chef mais c’est le moment choisi par cho pour un nouveau rebondissement: dans le cadre de sa démonstration le voilà qui empoisonne mortellement quelqu’un (selon lui le vrai responsable des événements).Les Renégats en ressortent plus soudés qu’avant, avec une sorte de faculté à rester ensemble alors qu’ils ont souvent un métro de retard et pas toujours la conviction d’être dans le juste. Pak construit ainsi une équipe qui est en tout moment imprévisible sans être aussi asociale que l’étaient les Défenseurs ou les Champions. Dommage qu’une partie des membres choisis, faisant partie d’autres licences, semblent appelés à disparaître, rappelés vers leurs magazines ou équipes d’origine. Arrivant en « oblique » de toutes les opinions, ces Renégats ont une sorte de don pour n’être jamais de l’avis des autres et ça aurait bien mérité (au moins) une petite mini-série. En attendant, Hulk est toujours dans sa quête de vengeance et l’équipe va maintenant passer au plan B. Non attendez, on doit en être au moins au plan M ou N à ce stade… Un excellent numéro qui fait tournoyer les personnages. On se demande juste si Pak arrivera à égaler ce niveau de revirements et de surprises à la longue…

[Xavier Fournier]