ff-554.jpg[FRENCH] Ca y est, le tandem Millar et Hitch s’emparent de Fantastic Four qui vivent du coup une Saint-Valentin assez spéciale. Pour Millar la nouveauté est peut-être un peu moins « neuve » dans le sens où il a déjà fréquenté les FF (quand bien même seulement dans leur version Ultimate) mais c’est surtout le crayon de Hitch qui change l’ambiance de la série et du groupe.

Fantastic Four #554 [Marvel]

Scénario de Mark Millar
Dessin de Bryan Hitch

Sortie américaine le 13 février 2008

Ceux qui s’attendaient au Mark Millar très politisé de Ultimates et de Civil War en seront quitte pour… autre chose. L’histoire de ce premier numéro est plutôt « intemporelle » et très dynamique. Bien que ce Reed là soit quadra ou quinqua (au contraire de celui d’Ultimate qui est un jeune homme), narrativement les choses sont assez proches (dans le ton) de ce qu’elles étaient dans le Ultimate Fantastic Four du même auteur. On ne perd pas de temps, les événements s’enchaînent à un rythme accéléré (comme l’allusion à Retour Vers le Futur, au début). Celà dit si les applaudisseurs habituels de portes enfoncées tentent de nous démontrer que c’est tellement « plus mieux intelligent » maintenant que c’est écrit par Millar, je les inviterais à relire les épisodes de McDuffie, qui ne portaient non plus à la monotonie… Millar est bien, c’est certain, mais ce n’est pas lui qui révolutionne le titre…

Non, l’impact vient bien du graphisme. Nous avons là non pas le Bryan Hitch des Ultimates mais celui de l’album géant de la JLA… Le Hitch capable de vous vous évoquer en une page ou une double page une machine grosse comme une planète ou un système solaire… Et bien ce Hitch est de retour, c’est manifeste, et le mariage avec ce mag orienté SF semble lui convenir à merveille. Un petit truc à travailler peut-être: Selon certaines perspectives, son Thing ne me paraît pas assez épais et on dirait plus un type qui porte un masque de la Chose plutôt que le vrai Ben Grimm.

Je dois dire qu’avec la promo effectuée par le scénariste ces dernières semaines, la supposée « invention » d’une « Mrs Fantastic » prédatant Sue Storm me posait un peu de problème. Personne ne se souvenait que ce genre de personnage existait déjà, inventée par Chris Claremont en 1998? J’avais peur du double emploi… Finalement non, la dulcinée en question n’est pas une invention, c’est bien Alyssa Moy, qu’on avait plus revue dans la série depuis le run de Waid et Wieringo en 2004. Tout au moins Millar nous la montre lancée dans un projet titanesque, là où les autres scénaristes nous avaient dit qu’elle était dans le même registre d’intelligence que Reed, mais sans nous la montrer à l’oeuvre.

Dans un univers Marvel assez macho en terme d’intelligence, la re-matérialisation d’Alyssa Moy comme une pointure intello pourrait être intéressante. Pour l’heure, reste à savoir ce à quoi sert le monde entrevu sur la fin de l’épisode. Les FF ayant retrouvé leur côté Hi-tech mis à jour pour le 21ème siècle, les choses semblent imprévisibles et on ne devrait pas s’ennuyer sur les 15 épisodes qui restent…

[Xavier Fournier]