ff-554.jpg[FRENCH] Nous y voilà : le retour du duo Millar/Hitch. Après avoir oeuvré sur l’univers Ultimate, le tandem s’attaque à la première série de l’univers Marvel. Retour aux sources pour les FF qui sont la famille fondatrice et « marvellienne » par excellence. Millar ouvre le bal en jouant sur les relations entre les différents personnages du quatuor et certains « extras ». Et quand en plus Bryan Hitch dessine…

Fantastic Four #554 [Marvel]

Scénario de Mark Millar
Dessin de Bryan Hitch

Sortie américaine le 13 février 2008

Autant annoncé la couleur tout de suite, ce numéro n’est pas le comic book de l’année. Graphiquement, Bryan Hitch est toujours excellent. Il apporte une fraîcheur et un nouveau regard sur les personnages. Cependant, Mark Millar n’est pas au top. Contrairement à Ultimates, le rythme est lent. Certes, les puristes diront que le scénariste installe son intrigue et pose ses personnages. C’est essentiel pour les nouveaux lecteurs après tout ! L’intro semble tout droit sorti de Retour vers le futur et c’est plutôt amusant. Après, ça se corse… Millar nous explique l’actualité des FF plutôt calme, malgré les événements qui troublent l’univers Marvel actuellement (l’invasion, ça ne lui dit rien ?!) Du coup, on se demande quand se situe cette saga. Red voit le retour d’une ancienne amie, Alyssa Moy, qui vient lui réclamer son aide pour un problème d’ordre mondiale. Ce numéro ne s’achève pas sur un cliffhanger et rien ne donne vraiment envie de revenir (mais évidemment, je lirai la suite). C’est dommage, Millar nous a habitué à de meilleurs conclusions. De plus, l’aide de Red sur un projet n’a rien de nouveau (JMS l’a fait durant son run sur la série) et on se demande ce que sera le petit plus de Millar à ce genre d’intrigue. Hitch aime dessiner les femmes et Millar l’a bien compris. Ainsi, Sue donne rendez-vous à Jan Van Dyne, alias la Guêpe, et à Jennifer Walters, alias Miss Hulk. Sue veut s’épanouir en dehors de sa famille et elle a donc l’intention de monter un projet encore secret. Cet élément pique ma curiosité, je dois l’avouer. Car à part durant Civil War, Sue a toujours été une mère de famille rangée. Nous verrons donc ce qu’elle prévoir pour pimenter sa vie ! En résumé, c’est joli mais un peu soporifique. Mais on va laisser sa chance à Millar, il a su nous « réveiller » par le passé.

[Pierre Bisson]