Avant-goût VO : Review Cthulhu Tales #3

[FRENCH] Le studio Boom a vraiment le culte des anthologies d’horreur. Si on vous a déjà parlé ici de leurs histoires de zombies, celle consacrée à Cthulhu lorgne à tout va sur les démons anciens tels qu’ils plaisaient à Lovecraft et d’autres romanciers du même genre. Au demeurant on pouvait penser qu’il n’y avait pas grand chose à tirer d’un univers tellement codifié. Mais comme pour Zombies Tales, attendez-vous à vite être détrompés. A coup d’humour, ces trois histoires repoussent les limites.

Cthulhu Tales #3 [Boom]
Scénario: William Messner-Loebs, Michael Alan Nelson, Todd Lepre
Dessins: Andrew Ritchie, Edouardo Ferigato, Chee

Sortie américaine le 18 juin 2008

L’univers de Lovecraft, j’aimais bien, j’en ai lu beaucoup, mais bon. Une fois qu’on en a fait le tour la énième histoire de tentacule planquée au fond du placard à tendance à perdre de son parfum d’originalité. Qui plus est les mises en images des récits de ce type se sont souvent soldés par des échecs car sous leur forme littéraire ces récits préfèrent le « non vu », le mystère. Enfin tout ça pour vous dire que je me lançais dans la lecture de cette anthologie en me disant qu’elle démarrait avec de gros handicaps… Finalement, bonne pioche, le résultat est bien plus réussit que ce à quoi je m’attendais…

Premier arrêt dans un récit de William Messner-Loebs (Flash, Justice League Europe, Wonder Woman…). Les problèmes financiers de ce dernier avaient défrayés la chronique il y a quelques temps et je suis donc doublement content de le voir à l’oeuvre. D’une part parce qu’il travaille, d’autre part parce que c’est globalement un bon scénariste. Et il le prouve encore avec cette histoire qui parodie le Cluedo et les romans d’Agatha Christie. Quelqu’un a été tué pendant une séance de spiritisme et deux enquêteurs se pointent pour élucider l’affaire. Mais pas grand monde n’est normal, à commencer par la victime. C’est fou, c’est drôle… J’en prendrais bien tout un TPB tiré de la même veine, merci!

On change d’ambiance avec la deuxième BD du numéro, plus moderne dans son ambiance. Un type est totalement devenu dépendant à l’alcool. Sa famille essaie de le faire changer d’avis mais lui ne veut rien savoir: d’après lui les démons qui l’habitent sortiront s’il n’est pas saoûl. Est-ce du lard ou du cochon ? Les propos de l’ivrogne ont-ils un fond de vérité ? On ne va pas vous éventer la conclusion mais c’est là aussi plus efficace.

Le troisième et dernier segment est scénaristiquement celui qui fait le moins preuve d’ironie. L’idée (pas mauvaise) d’une croisière au pays des démons est déclinée par le menu mais la conclusion n’apporte pas vraiment de retournement de situation. L’histoire est totalement au premier degré. Elle n’est cependant pas désagréable du tout, en particulier grâce aux dessins de Chee, qui a par moment une certaine communauté d’ambiance avec un Guy Davis…

Je n’avais pas lu Cthulhu Tales jusqu’ici mais la surprise est plutot bonne. Visiblement, non, l’effet de genre n’empêche pas les auteurs de se différencier et c’est tant mieux.

[Xavier Fournier]

Be Sociable, Share!