[FRENCH] A l’issue de Annihilation Conquest, la principale critique qu’on pouvait faire aux nouveaux Guardians Of The Galaxy était… qu’ils n’avaient rien à voir avec les Guardians dont se souvenaient les fans « historiques » du groupe. C’était un peu comme les Avengers sans aucun Vengeur. Mais en trois épisodes (celui-ci compris), les scénaristes ont retourné la situation. Ils ont détourné la nouvelle série pour ressortir de vieux personnages. Le titre y gagne un dynamisme que n’avait pas Conquest.

Guardians Of The Galaxy #3 [Marvel] Scénario de Dan Abnett & Andy Lanning
Dessin de Paul Pelletier

Sortie américaine le 9 juillet 2008

Depuis le dernier numéro l’équipe formée par Star-Lord, Adam Warlock, Drax et quelques autres a non seulement récolté un personnage venu du futur, elle s’est aussi trouvé un nom, murmuré par le nouvel arrivant: les Gardiens de la Galaxie. Si on peut tiquer (juste un peu pour la forme) sur la logique qui consiste à piquer à un inconnu le nom de son équipe dont on ignore tout, les nouveaux Guardians Of The Galaxy bouclent un peu la boucle façon Terminator: ils sont sans le savoir (pour l’instant seul le lecteur de longue date est dans la confidenceà) les remplaçants d’une équipe qui sera fondé seulement dans 1000 ans. Vance Astro, leader historique de ce groupe futuriste (et armé du bouclier de Captain America version 31ème siècle), se retrouve piégé au XXI° siècle sans trop savoir ce qu’il fait là.

Forcément Mantis, Drax, Star-Lord et le reste de l’équipe ne risquent pas de le renseigner (encore que je ne saurais garantir que Mantis n’a jamais croisé Vance Astro ou son équivalent contemporain, Justice, lors d’un crossover des vengeurs). Et si tout ça ne suffisait pas pour mettre la pression, voici que ce troisième épisode en rajoute une couche avec l’arrivée de Starhawk (Icarus, pour ceux qui se souviennent des anciennes versions françaises dans Titans). Loin d’apporter des réponses, cet autre Gardien donne un autre angle à l’énigme. Les Guardians du présent (cela va être pratique pour distinguer les deux versions du groupe…), eux, ont d’autres impératifs avec un combat sans merci d’une religion cosmico-intégriste que Warlock avait combattu à la grande époque de Jim Starlin.

Il n’y a pas si longtemps Marvel avait sorti une mini-série initialement intitulée Guardians Of The Galaxy (puis finalement simplement Guardians) qui n’avait pas grand rapport avec les persos classiques… Même rien du tout à voir. Là, on semblait parti pour la même dérive façon NuMarvel mais les scénaristes ont réussit à s’emparer du bâteau et à satisfaire les fans (sauf j’imagine le lecteur récent qui doit se demander un peu ce que fait Vance Astro avec le bouclier de Cap. Ceci dit les lecteurs récents ne sont pas légion). Et puis il y aussi le dessin de Paul Pelletier qui s’éclate visiblement avec la galerie de portraits… Du coup Guardians of The Galaxy s’impose comme une série cosmique où souffle un peu le même élan que dans un Incredible Hercules. Dans les deux cas les séries utilisent des persos trop longtemps négligés par Marvel bien qu’étant des « fan favorites ». C’est un vrai délice et j’espère que cette série aura la vie longue, si possible longtemps avec la même équipe créative…

[Xavier Fournier]