[FRENCH] Fin du premier arc de Millar et Hitch sur la série. Bien sûr, on ne vous surprendra pas en vous disant que le monde est sauvé à la fin. Reste à savoir lequel. Tandis qu’on commence à voir les premiers signes de la pression d’une cadence mensuelle sur le style de Hitch, Mark Millar instaure une conclusion peut-être un peu rapide mais qui lui permet d’explorer « son » Mister Fantastic, bien plus humain que ce que les autres scénaristes ont pu montrer pendant Civil War.

Fantastic Four #557 [Marvel] Scénario : Mark Millar
Dessins : Bryan Hitch

Sortie aux USA le 21 mai 2008

On avait laissé trois des Quatre Fantastiques (et le reste des héros Marvel) désemparés face à la menace de CAP, le robot indestructible. Bon, enfin en théorie indestructible car j’ai beau regarder je ne vois rien dans les précédents épisodes qui justifie la toute puissance du robot. Elle est là, c’est certain, mais elle n’est pas expliqué et s’il existait un moyen industriel de produire un automate capable de tenir tête d’un coup à 40 super-héros, alors on se demande pourquoi le gouvernement US n’en commande pas deux ou trois pour remplacer les Sentinelles. Bref, dans ce numéro non plus on nous en dira pas plus sur la source du pouvoir de la machine. Plus étonnant, je m’attendais à ce que Reed arrive à vaincre CAP en faisant usage de son intellect mais la confrontation est beaucoup plus « physique » que ce à quoi je m’attendais…

C’est sans doute là, dans cette confrontation ultime, qu’on attendait Hitch et qu’il n’y est pas tout à fait. Le champion des scènes de destructions (Stormwatch, Authority, Ultimates…) aurait pu faire de la scène quelque chose de spectaculaire. Au lieu de ça on a droit à une découpe ainsi articulée: Pleine page sur l’arme de Reed. apparition de CAP qui fout une baffe. Recul de la caméra qui s’éloigne d’un kilomètre pour ne pas avoir à dessiner le combat. plan similaire à celui de CAP où là c’est Reed qui fout sa baffe. Pleine page sur l’arme de Reed victorieux. Deux splash pages gaspillées pour des vues statiques et qui ne véhiculent pas la force qu’on attendait. Bryan Hitch est un bon dessinateur, ce n’est pas le problème, mais on sent que la narration a souffert sur ce passage. Le Hitch en mode « widescreen » s’était bien exprimé lors de la rencontre entre CAP et les héros Marvel dans le précédent numéro. Ici, ce n’est pas laid, c’est juste en deça des attentes.

A partir de là ce qui devient intéressant c’est plus ce qui suit la bataille, quand on prend le temps de nous montrer un Reed plus humain, qui refuse la démarche « futuriste » d’Alyssa Moy et n’aime pas que son gouvernement ait des secrets. La scène du restaurant est intéressant puisqu’elle montre comment Reed est prêt à mettre toutes ses ressources pour toucher le coeur de son épouse tandis qu’elle le fait sans doute avec moins de moyens mais en lui apportant une normalité. Ce Reed-là peut difficilement être le Mister Fantastic à tendance collabo que JMS avait montré dans ses épisodes. Cela dit j’aurais envie de vous dire que ce Reed-là ne peut pas plus avoir participé à l’instauration de l’Initiative tant il refuse de céder aux appels de la science sans conscience (Alyssa).

FF #557 reste pour cela un bon épisode. S’il n’assure pas visuellement le spectacle autant qu’on s’y attendait, il campe le couple Richards avec bien plus d’attention que lors des précédents numéros.

[Xavier Fournier]