Perdu dans un hiver interminable, Swamp Thing perd peu à peu le contact avec le Parlement des Arbres. Ses compétences et même sa mémoire, sa conscience de ce qui se passe, tout cela lui échappe peu à peu. Et pourtant, bien que faible comme jamais, Swamp Thing doit sauver la vie d’un petit garçon pourchassé par un abominable monstre des neiges.

Swamp Thing Winter Special #1Swamp Thing Winter Special #1 [DC Comics]
Scénario de Tom King, Len Wein
Dessins de Jason Fabok, Kelley Jones
Parution aux USA le mercredi 7 février 2018

Tiens donc ! Un numéro spécial consacré à Swamp Thing, alors que les one-shots de ce genre sont de plus en plus rares (quand ils ne sont pas liés à des crossovers façon Dark Nights: Metal). Qu’est-ce qu’il leur prend donc chez DC Comics ? Et puis au bout de quelques pages, pour ne pas dire quelques cases, on comprend que ce numéro n’est pas là par hasard. Le dessinateur Bernie Wrightson est mort en mars 2017, il y a moins d’un an. En septembre dernier, c’était le tour de Len Wein. En l’espace de quelques mois Swamp Thing a perd ses deux créateurs d’origine. Et c’est sur cette piste que s’engagent Tom King et Jason Fabok pour rendre un certain hommage aux deux disparus, sans pour autant les singer ou chercher à les remplacer. Et dans le même temps, la logique de cette histoire presque intimiste pourrait presque s’inscrire dans le run de Wein/Wrightson (si ce n’est la référence au Parlement des Arbres, qui date la chose dans l’ère post-Alan Moore). Swamp Thing ramené à ses bases, à sa nature de monstre affrontant le surnaturel, c’est quelque chose que l’on aurait pu lire dans la série des années 70. La compatibilité de l’histoire de King avec l’esprit et la logique de Wein que l’on se dit à un moment que l’histoire fonctionnerait tout aussi bien si l’on remplaçait Swamp Thing par… Wolverine. Cela peut paraître un étrange compliment, mais le fait qu’on pourrait jongler avec les créations de Wein est un témoignage de l’exploration de sa logique.

You must travel… the longer path…

Le dessinateur Jason Fabok est sans doute plus éloigné de l’atmosphère à la Wrightson mais la seconde partie du numéro contient une seconde histoire : le script jamais terminé par Len Wein d’une autre histoire de Swamp Thing, illustrée par Kelley Jones, que l’on peut considérer comme l’un des héritiers de Wrightson. Cette histoire privée de dialogues (puisque Wein n’a jamais pu les finaliser) est une véritable représentation de l’absence, du vide laissé par le départ du scénariste, vide accentué par quelques dernières pages qui lui rendent plus spécifiquement hommage. Swamp Thing Winter Special #1 n’est pas une bataille épique qui change tout. C’est même plutôt intimiste. Mais c’est un digne adieu à l’attention de deux géants qui ont marqué l’Histoire des comics.

[Xavier Fournier]