[FRENCH] Abonnée aux zombies… Après l’excellentissime Wormwood, encore une histoire de morts-vivants qui me tombe dessus… Ma joie de vivre en prend un sacré coup et la fréquence de mes cauchemars augmente. Je m’attends à trouver du concentré de zombies qui passent leur temps à se boulotter entre eux en espérant que de la chair fraîche leur tombe toute crue dans le gosier décomposé. Et pour le coup je découvre une réinterprétation du mythe du zombie sous un jour nouveau… Comme quoi on peut faire du neuf avec du trépassé…

Le monde ne va pas très bien. 2005 : au programme, guerre et course à l’armement. Et juste quand la situation va commencer à s’améliorer avec une volonté de paix mondiale qui passe par l’éradication du nucléaire, un accident se produit aux USA du côté du Nevada. Une erreur humaine qui mène à une explosion qui élimine l’espèce humaine de la surface de la terre pour laisser l’espace aux zombies. Seuls rescapés au massacre : Tom Bennett, le croupier, et Tori, la serveuse danseuse, occupés à se défoncer dans une chambre forte du casino de Reno, qui les protège des radiations. Ils vont devoir sauver leur peau, croustillante pour un zombie, des envies culinaires d’une horde de goules prêtes à tout pour assouvir leur faim…

C’est la faim !

Ce n’est pas parce que l’homme est devenu zombie qu’il n’a pas envie de consommer ! Bien au contraire, les envies gastronomiques des zombies de Steve Niles et Kieron Dwyer sont aiguisées d’un appétit féroce. Ces zombies sont loin d’être les primates des films de morts-vivants qui se contentent de déambuler bêtement avec un air hagard et un maquillage raté. Ils parlent, même si leur vocabulaire est limité et exprime avant tout leur besoin élémentaire. Remains donne faim. Les amateurs de barbaque sanguinolente ne résisteront pas au désir d’une grillade d’entrecôte en dégustant l’histoire au fil des pages. En plus de savoir ce qu’ils veulent, au grand dam de Tom et Tori qui ont de plus en plus de mal à contenir leur assaut, la goule évolue. Le lieu commun du zombie sans cervelle qui se fait avoir au premier piège tendu tombe pour laisser la place à une véritable intelligence du mort-vivant. Les zombies se mettent à parler, à analyser. Leur regard est parfois plus émouvant que celui un peu bovin du croupier. Les zombies, qui rentrent souvent bredouille de leur chasse, finissent par se dévorer entre eux. Et comme le dirait n’importe quel bon nutritionniste, la viande c’est plein de protéines et ça permet au cerveau de se développer. Et plus les zombies se croustillent entre eux, prouvant ainsi cette vieille loi du plus fort qui bouffe le plus faible, plus ils deviennent réfléchis et débrouillards.

Des goules méchants comme la gale…

Les premiers zombies présents sur les lieux de l’explosion du Nevada débarquent dans la ville pour imposer leur pouvoir. C’est la débâcle générale qui pourrait laisser penser que l’enfer c’est les zombies. Et bien non, l’enfer c’est toujours les autres car Tom et Tori s’entendent comme Pitt Bull et enfant de 4ans. Les traits tirés au couteau de Kieron Dwyer sculptent la tension permanente du scénario où on s’attend au pire à chaque case. Et comme le pire fini toujours par arriver… (surtout que côté pari, difficile de miser sur un ou deux contre des dizaines de milliers). Le dernier mot revient aux zombies, les vrais héros d’un album carnivore et ambitieux à déconseiller absolument aux végétariens pour limiter les risques d’indigestion !

[Ange Lise]

Remains
Tome 1 : Roulette, zombies et canon scié
Scénario: Steve Niles
Dessins: Kieron Dwyer
Editions Bamboo/Angle Comics, 2005