Pour fêter sa première année, Peter Parker: The Spectacular Spider-Man a le droit à son annual. Au sommaire de ce numéro, une nouvelle aventure extraordinaire de… J. Jonah Jameson ? L’ancien rédacteur-en-chef du Daily Bugle est le héros d’une histoire courte, dans laquelle il a le droit à son propre super-vilain. Spider-Man est aussi à l’honneur dans la deuxième histoire de ce numéro.

Peter Parker: The Spectacular Spider-Man Annual #1 [Marvel Comics]
Scénario de Chip Zdarsky & Mike Drucker
Dessins de Mike Allred & Chris Bachalo
Parution aux USA le mercredi 20 juin 2018

C’est l’heure pour J. Jonah Jameson de briller. Comme l’explique l’introduction, le teigneux journaliste a bien changer depuis sa création. Il n’est plus rédacteur-en-chef du Daily Bugle, il est journaliste sur le net. Et surtout… il est l’un des fans de Spider-Man ! Hé oui, depuis que Spidey lui a révélé sa double identité, Jonah a décidé de soutenir le Tisseur et de l’aider à lutter efficacement contre le crime. Mais ici, c’est bien lui qui doit affronter son pire ennemi… enfin, son ennemi. Un ennemi qu’il a lui-même engendré au fil des années (non, ce n’est pas le Scorpion). C’est intéressant de voir l’approche différente de Peter et de Jonah pour résoudre le conflit. Bien que cet épisode se veuille « reader friendly », certains éléments sont propres à la série de Chip Zdarsky. Par exemple, Spider-Man a un déjeuner avec Rebecca, découverte dans le premier numéro de la série mensuelle. De même, l’attitude de Jonah y est largement développée, donc il ne perturbera pas les lecteurs habituels. Pour les lecteurs occasionnels, cet « annual » est malgré tout très abordable. Et surtout, très décalé, comme sait le faire le scénariste. Côté dessin, Mike Allred (qu’on avait vu récemment sur Silver Surfer) est parfait pour illustrer ce récit. Son trait à la fois réaliste et « cartoonesque » colle aux scènes de dialogue et aux différentes situations loufoques que vit Jonah. 

« I’m out here trying to save people… »

L’autre récit est un peu plus « classique » pour Spider-Man. Il met en scène le héros en train de sauver plusieurs new-yorkais. Que ce soit pour un problème de tablette ou un bébé à secourir, Spidey répond présent. Mais il s’interroge sur les bienfaits de l’aide qu’il apporte. Mike Drucker (à ne pas confondre avec Michel) signe une histoire de huit pages, qui même si elle sert à remplir l’annual, n’est pas inintéressante. Elle a le mérite d’être illustrée par Chris Bachalo, un artiste dont les planches sont toujours un régal pour les yeux !

[Pierre Bisson]