Spider-Bite ! Voilà le nouveau héros qui débarque dans le monde de Spider-Man. Peter Parker aurait-il recruté un sidekick, façon Batman & Robin ? Oui et non, car ce jeune aventurier aux pouvoirs similaires aux siens relève d’un tout autre exercice de style. Très vite, le lectorat va comprendre que quelque chose ne tourne pas rond et que l’histoire se situe à un autre niveau.

Friendly Neighborhood Spider-Man #6Friendly Neighborhood Spider-Man #6 [Marvel Comics]
Scénario de Tom Taylor
Dessins de Juann Cabal
Parution aux USA le mercredi 8 mai 2019

Et alors quoi ? Quelqu’un n’aurait pas reçu le mémo chez Marvel ? Qu’est-ce que c’est que ce super-villain qui attaque dans les premières pages mais qui est pourtant supposé être devenu totalement autre chose depuis. S’agirait-il d’un récit flashback ? Les fans de Spider-Man vont entrer dans cette histoire en se demandant où ils sont tombés, surtout quand le sideckick de l’Homme-Araignée arrive à la rescousse. Spider-Bite (qui assurément va s’attirer de nombreuses vannes forcément très « classe » de la part des lecteurs français, c’est en fait un gamin de 9 ans drapé dans le même costume que son mentor. Et, non, ce n’est pas un coup à la Spider-Verse. Le ressort dramatique de cet épisode est tout autre. Il faut cependant dire que ce n’est pas une nouveauté, jusqu’à la scène finale qui évoque très fortement un épisode déjà publié dans les années 80 sans forcément le reconnaître ouvertement (un petit remerciement aux auteurs de l’histoire originale n’aurait pas été de trop). Difficile d’en dire plus sur la source sans spoiler l’épisode de 2019. Cependant, à la décharge de Taylor, c’est une problématique encore très actuelle et pertinente, qui mérite qu’on continue de s’y intéresser sans se dire que cela a déjà été fait. Parce que le problème n’est pas réglé, loin de là.

« I’m Spider-Bite and I wouldn’t be laughing if I were you. »

Juann Cabal illustre cette histoire avec un style épuré, lumineux, qui laisse assez peu de place aux ombres. Cela peut donner une impression de naïveté (encore que lorsqu’on prend la mesure du message de l’histoire, on comprend que c’est justifié) mais au bout de quelques pages il faut reconnaître que l’artiste est bien plus technicien qu’il ne le laisse d’abord paraître. Pour preuve une double page pleine de petites cases enchevêtrées qui, sur le plan du découpage, n’ont rien à envier aux mises en pages de Starlin dans les années 70 (bien que la volonté soit plus intimiste que cosmique). Et pour ceux qui trouvent que, décidément, cela fait trop de Spider-héros dans la nature, rassurez-vous, c’est de tout autre chose qu’il s’agit. Déjà fait/déja vu pour les amateurs de longue date de Spider-Man, certes, mais le sujet traité reste moderne. Il est même cohérent avec certaines des préoccupations récentes de Spidey. Sans prétendre changer l’histoire des comics, Friendly Neighborhood Spider-Man #6 est une occasion de plus de montrer que Peter Parker peut se préoccuper de problématiques réelles.

[Xavier Fournier]