Avant-Premire VO: Review Reborn #5

27 mars 2017 Non Par Xavier Fournier

Bonnie, l’hrone de Mark Millar et Greg Capullo, n’a jamais t aussi proche des retrouvailles avec son (dfunt) mari. Mais leur runion s’accompagne d’un certain nombre de complications inattendues. « L’lue » ne s’attendait pas vraiment cela en cumant le monde fantastique d’Adystria.

Reborn #5 [Image Comics]
Scnario de Mark Millar
Dessins de Greg Capullo
Parution aux USA le 22 mars 2017

Depuis le dbut de la srie, la qute du mari de l’hrone est le fil directeur de l’histoire. Mais l’poux a jusqu’ici brill par son absence. Si bien que l’on pouvait se demander s’il ne s’tait pas rincarn du « mauvais ct » ou mme si, allez savoir, ce n’tait pas lui Golgotha, cette sorte de gueule de diable qui s’acharne sur Bonnie depuis qu’elle s’est rveille dans ce nouveau monde. Le scnario joue mme avec cette impression en nous proposant un(e) autre suspect(e) issu(e) de l’entourage de Bonnie. Serait-ce donc le mari ? Cela aurait t un peu (beaucoup) tlphon mais Millar semblait reculer les choses pour un twist final et l’on pouvait se demander s’il n’y aurait pas un clich en bout de route. Heureusement il n’en est rien. Les auteurs jouent plutt sur le principe de la seconde chance, de la nouvelle vie. A ce sujet, Millar amne assez bien les choses avec un dialogue prliminaire entre Bonnie et son pre, alors que celle qui est nouveau une jeune femme ralise certaines choses. Si le retour du chien Roy Boy (il est sur la couverture, inutile donc de le cacher) semble un peu facile, la situation du mari n’est pas, finalement, ce que l’on pouvait croire jusqu’ici.

« There’s so many things I need to fill him on. »

Le crayon de Greg Capullo est dsormais bien rod au monde de Reborn (et inversement). L’artiste est d’une rgularit toute preuve travers les pages et cela n’en rend que plus frappant les changements d’ambiance. Les paysages de Fantasy qu’on croirait presque issus d’une BD franco-belge ou dignes d’un passage de l’Histoire sans fin alternent en effet avec des scnes de massacre. Il y a un sentiment de « merveilleux » mais le retournement de l’action n’est jamais loin, ce qui ne le rend que d’autant plus efficace (c’est frappant, sans tomber dans le gore). Certains auront peut-tre sentis venir la rvlation finale (qui est finalement autre que le clich voqu plus haut). Mais ce qui est le plus intressant c’est que la qute de Bonnie, entretemps, a chang de ton et de finalit. En ce sens, Reborn #5 est un game-changer. On ne peut que regretter (dj) que cette srie s’achve dans le prochain numro, en esprant qu’un pisode suffira pour trouver une fin suffisante, au moins un « effet de saison » au cas o Millar et Capullo voudraient y retoucher l’avenir. Encore qu’avec ce concept, on peut se demander s’il n’y aurait pas quelque chose faire avec une suite d’arcs o Bonnie se rincarnerait dans des mondes « suivants ». En tout cas, pour le moment, cela reste une lecture trs agrable.

[Xavier Fournier]