Batman continue de se traîner Two-Face, alors qu’un nouveau chasseur entre en scène : KGBeast. Contre cet assassin de première importance mais aussi tous ceux qui le poursuivent, le justicier de Gotham a besoin d’un ou deux coups de main, qu’ils viennent d’un allié actuel ou d’une plus vieille connaissance.

Avant-Première VO: Review All-Star Batman #3All-Star Batman #3 [DC Comics]
Scénario de Scott Snyder
Dessins de John Romita Junior et Declan Shalvey
Parution aux USA le mercredi 12 octobre 2016

Scott Snyder et John Romita Jr. continuent de brasser les différentes époques de Batman pour nous en ramener aussi bien des éléments anecdotiques (le Royal Flush Gang) que des adversaires qui prêtent moins à sourire. Dans cette dernière catégorie, KGBeast est un choix rafraichissant dans un contexte où la plupart des scénaristes préfèrent en général sortir Deathstroke ou Deadshot de leur panier. Sous le crayon de Romita, le criminel russe reprend de l’envergure, en impose, élevé au rang d’une sorte de Kraven dans l’univers de Batman. Ce n’est pas d’aujourd’hui que KGBeast est identifié comme un personnage dangereux. Mais les auteurs passés n’ont pas tout le temps été capables de nous le faire ressentir. Dans le même ordre d’idées, Romita renoue un peu avec les ambiances à la Kick-Ass. C’est à dire que c’est sanglant. L’assassin n’est pas là pour faire tapisserie. Il frappe, il tranche, il blesse. Le trop plein de sang, ce n’est pas toujours justifié mais là, dans ces circonstances, il est important de montrer que cet adversaire là n’est pas un « clown du crime » ou un énième ennemi à gadgets. Par contraste, Snyder explore les amitiés actuelles et passées, en particulier l’époque où Harvey était un « pote » du jeune Bruce mais pas seulement… Duke Thomas se rend cette fois beaucoup plus utile (inversement on peut regretter de ne pas avoir de nouvelles d’Alfred, depuis le cliffhanger du premier numéro), en aidant directement son mentor. On appréciera aussi les touches d’humour, comme les notes de musiques de la voiture, agrémentées de « têtes de mort » ou encore la manière d’indiquer la route vers le bat-refuge.

« Thank you, old friend. It’s good to see you. »

Il y a une autre vieille connaissance qui fait son retour dans ce numéro, profitant du reboot de 2011 pour apparaître bien vivant (en fait on se demandera surtout comment un génie de la mécanique peut pratiquer une opération délicate de chirurgie, sans doute qu’il a gagné quelques talents dans ce nouvel univers). Tandis que la back-up, dessinée par Shalvey, continue d’être centrée sur Duke, il est clair qu’All-Star Batman poursuit son but cette semaine : nous montrer que la nouveauté n’est pas ennemie de l’héritage du bat-héros, que l’on peut aussi bien puiser à nouveau parmi des éléments qui ont plusieurs décennies d’existence sans s’empêcher pour autant d’avancer. Certes, le combat central est ici assez brutal et certains fans centrés sur le seul côté Silver Age pourraient tiquer. Mais à un moment, si l’on veut que Batman soit mis en difficulté et entretenir le suspense, on ne peut pas se contenter de le promener dans le pays des bisounours. Un numéro riche en action, marqué par ce retour d’un vieil ami.

[Xavier Fournier]