Capturé par Batman, Two-Face a promis une énorme récompense à quiconque le libérerait. La nouvelle fait que le justicier de Gotham est essentiellement seul avec son prisonnier et attaqué un peu par tout le monde, qu’il s’agisse de gens de la rue ou du l’arrière-ban des super-vilains de DC. Sans parler de certaines trahisons amicales

Avant-Première VO: Review All-Star Batman #2All-Star Batman #2 [DC Comics]
Scénario de Scott Snyder
Dessins de John Romita Jr. et Declan Shalvey
Parution aux USA le mercredi 14 septembre 2016

Scott Snyder et John Romita Jr. continuent de former un tandem assez punchy, réintroduisant les uns après les autres une foule d’ennemis de Batman, y compris les plus basiques, ceux qui ne sont connus que pour jouer de leurs muscles et taper dans le tas. Si cela peut avoir, par moments, l’effet d’un deus ex machina qu’on active toutes les « x » cases, la manœuvre réinsère Batman dans toute la densité de son univers, avec un certain rythme. En lisant cette réappropriation d’une foule de personnages, on a deux réflexions. D’une part la saga en cours nous remémore le Batman de la fin des années 70, quand il y avait déjà des « arcs » qui n’utilisaient pas ce terme : les épisodes des Olympiades du Crime ou encore toute l’histoire où Batman est déclaré mort et où ses ennemis se crêpent le chignon pour savoir lequel est le tueur (ou pas). La deuxième réflexion, c’est que cette ambiance est assez raccord avec le retour, au même moment, de personnages des seventies ou des eighties dans la série Batman tout court et c’est à se demander si ce n’est pas un effort coordonné sur toute la Bat-Gamme. Snyder ne revient pas spécialement sur la « trahison » du précédent numéro mais lui donne une potentialité toute particulière, une mise en danger du secret de Bruce Wayne…

« When you’re young, that’s how you know Two-Face. For his louder exploits. »

En « face B » de l’épisode, Snyder et Shalvey continuent de s’intéresser plus précisément à la perspective de Duke Thomas, en insistant d’abord sur l’état de ses parents (une situation qui parait s’installer sur le long terme) et sa formation auprès de Batman… Si ce n’est que le scénariste continue de répugner à formaliser le nom de code du jeune homme, ce qui nous donne des passages pour le moins étonnants où Batman, chantre de l’identité secrète, en est réduit à appeler Duke par son prénom même quand ils sont sur une « scène de crime ». On comprend que l’histoire, surtout, s’efforce d’explorer pourquoi et comment Duke est devenu le nouvel assistant de Batman. Est-ce vraiment parce qu’il « le vaut bien » ou parce qu’en face le propriétaire de la Batcave culpabilise ? Forcément, comme c’est l’histoire secondaire du numéro, la back-up, elle a moins de présence mais ce segment mais les épisodes à venir pourraient s’avérer déterminant en ce qui concerne la définition/construction de Duke Thomas. Globalement, All-Star Batman continue d’être une série assez riche en action et en rebondissements, au delà de l’effet de surprise du premier numéro.

[Xavier Fournier]