Ces dernières semaines Norman Osborn/Green Goblin est monté en puissance. Il a obtenu une arme de choix, un symbiote mais aussi retrouvé l’avantage historique qu’il avait sur Spider-Man. Peter Parker est face à un Goblin au top de sa puissance et de sa cruauté… Mais jusqu’à ce numéro le jeune homme n’était pas conscient de la menace. Voici venu le temps de la confrontation et l’on peut dire que Spider-Man va se prendre les choses en pleine figure…

Amazing Spider-Man #798Amazing Spider-Man #798 [Marvel Comics]
Scénario de Dan Slott
Dessins de Stuart Immonen
Parution aux USA le mercredi 4 avril 2018

L’équipe dirigée par Parker est sur la piste d’un puissant explosif… mais elle a la surprise de le détecter en approche des bureaux du Bugle. Il n’en faut pas plus pour qu’enfin le Green Goblin se révèle, prenant en otage tous les collègues de Spider-Man mais jouant au chat et à la souris avec lui. Au demeurant, en effet, Dan Slott nous donne un Green Goblin classique, du genre comme on l’a pas vu depuis des années dans la série (peut-être depuis Dark Reign, quand Osborn avait repris son identité). Pas de Goblin King et presque pas (c’est une surprise en un sens) de Red Goblin. Osborn, associé à un symbiote sanguinaire, on pouvait imaginer une forme d’hystérie meurtrière, un carnage au sens littéral du terme. Mais le Goblin reste très maître de lui-même, même s’il le cache derrière quelques ricanements. Il en est d’autant plus terrible qu’il garde pour lui ses avantages, prend le temps de les révéler pour leur donner encore plus d’impact. Quand vient le moment de révéler le symbiote, par exemple, ce n’est pas seulement théâtral mais accompagné du fait qu’un Osborn avec le symbiote écarlate, c’est aussi une application novatrice et terrible de ses pouvoirs, des armes revues et corrigées du Goblin. Et toujours l’idée du chat et de la souris car Osborn ne veut pas tuer Spider-Man : il veut l’humilier.

« A man’s only as g-g-good as his enemies. »

Ce n’est pas une découverte récente : Stuart Immonen est un excellent narrateur, un jongleur d’angles, de position pour ses personnages. Et dans Amazing Spider-Man #798, il est d’une grande générosité, ne s’épargne rien, ne recule pas devant les compositions chargées en figurants ou en textures. Rien que le travail de contre-jour sur les écailles qui composent le costume du Green Goblin, c’est quelque chose. Idem pour le design de ses bombes mordantes… Il reste seulement trois épisodes au run de Slott, avec un numéro 800 en vue. Et c’est un peu comme si les deux créateurs avaient décidé d’entamer le bouquet final…

[Xavier Fournier]