Life of Captain Marvel arrive à sa conclusion, entérinant ce qui n’est pas tant une « nouvelle origine » de Carol Danvers qu’une origine augmentée. C’est à dire que tous les événements qui ont guidé l’actuelle Captain Marvel (et ex-Ms. Marvel) sont conservés mais qu’on y ajoute certaines révélations. Margaret Stohl, Carlos Pacheco et Marguerite Sauvage trouvent le ton nécessaire pour nous livrer une héroïne recomposée, tout en posant les bases de futures questions…

Life of Captain Marvel #5Life of Captain Marvel #5 [Marvel Comics]
Scénario de Margaret Stohl
Dessins de Carlos Pacheco & Marguerite Sauvage
Parution aux USA le mercredi 19 décembre 2018

Carol Danvers est un personnage dont l’évolution a été accidentelle. Faire-valoir féminin de Captain Mar-Vell à la fin des années 60, elle n’était jamais – au début – qu’une blonde interchangeable travaillant pour les services secrets, au même titre que Sharon Carter ou Bobbie Morse. Un jour, en mal de super-héroïnes, Marvel s’est réveillé et en a fait Ms. Marvel en s’appuyant sur une machine Kree aperçue dans un vieil épisode. Par la suite, Carol est devenue un personnage « fan favorite », même dans les moments où elle est passée de mode (après Avengers #200). Depuis quelques années, elle a sa propre série plus ou moins régulièrement et anime les rangs des Avengers (ou récemment des Ultimates). Mais il restait ce problème originel, c’est à dire que Carol était un peu comme un batiment construit sans fondations. Une manière de résumer Life of Captain Marvel, c’est donc de dire que Marvel a donné pour mission à Margaret Stohl d’écrire une série, un « endroit » où l’on pourrait trouver l’origine modernisée des superpouvoirs de la jeune femme. Mais à bien y regarder la scénariste opère à un niveau plus personnel pour l’héroïne. Ce n’est pas tant qu’on apprend comment/pourquoi Carol Danvers s’est retrouvée avec des aptitudes Kree. C’est bien que Carol elle-même apprend pourquoi elle existe, comment elle es venue au monde. Stohl joue ainsi sur le portrait d’une famille Danvers fracturée (les problèmes du père étaient déjà utilisés dès l’antique série Ms. Marvel) pour que Carol referme le volume sur cette partie de sa vie. On regrettera peut-être que, d’une manière ou d’une autre, toute sa famille soit envoyée « ailleurs ». Elle aurait gagné à conserver quelqu’un d’humain, de normal, parmi sa supporting cast. Mais globalement il y a une volonté de donner une histoire apaisée à l’héroïne. La gestion du temps dans la série aura été essentiel. Même si du point de vue de l’univers partagé, avec d’autres séries comme Avengers, la chronologie est sans doute un peu problématique, que Carol ait pris des mois « off » pour s’occuper de son frère et de sa mère joue un rôle important dans la « temporisation ». L’usage de dessinateurs très différents tels que Carlos Pacheco et Marguerite Sauvage pour séparer les époques fonctionne aussi assez bien.

« My mission was always… »

Dans l’écriture des flashbacks, cependant, il faut bien dire que Margaret Stohl prend quelques libertés (la relation avec Walter Lawson/Mar-Vell semble autrement plus directe et consommée qu’elle l’était dans le Silve Age). D’autres ajouts (l’impératrice Kree, le nom de famille de la mère de Carol) font que tout cela nécessiterait qu’on y revienne et qu’on explique. Malgré son bon niveau général, Life of Captain Marvel trébuche cependant sur une chose : l’antagoniste. Que deux héroines Kree, à elles deux, n’arrivent pas à tenir tête à Kleaner est un peu surprenant au regard des adversaires que Carol a pu affronter par le passé. Mais surtout Kleaner, malgré la menace qu’elle représente, n’a guère de « présence ». Ce n’est pas une Ronan ou une Intelligence Supreme, pas même une Doctor Minerva. L’équipe créative passe un peu à côté de la chose. Et c’est dommage car au lieu d’une adversaire qu’il faudra, c’est certain, affronter à nouveau, on aurait pu avoir une vraie ennemie majeure Kree. C’est une occasion manquée mais d’un autre côté peut-être que ne pas aller au fond de la personnalité de l’adversaire est aussi une manière de ne pas faire de l’ombre à Carol. Malgré cette réserve, Life of Captain Marvel est la meilleure série consacrée à Carol Danvers que l’on ait pu lire depuis de nombreuses années et un tournant que les fans de l’héroïne se devront de parcourir.

[Xavier Fournier]