Flash le sait depuis des années. Quelque part dans son futur la Crisis l’attend et il lui arrivera quelque chose de funeste, peut-être même de fatal. N’y tenant plus, Barry Allen décide de voyager dans le temps en espérant découvrir (et prévenir) son destin. Mais il se heurte littéralement à un mur. Alors qu’on sait que cette saison les séries DC/CW vont se réunir dans une grande crise cosmique, la série TV The Flash aborde déjà frontalement la question, avec quelques moments qui parleront aux fans de comics mais aussi, malheureusement, une enquête secondaire qui détruit une bonne partie de la tension.

« Flash must die »

C’est la scène qui avait scotché les fans à la fin du tout premier épisode de la série. Depuis ses débuts, Flash/Barry Allen sait qu’il est destiné à disparaître au cours d’un événement nommé Crisis, qui se déroulerait en 2024. Les prédictions et allusions se sont succédé au fil des saisons de la série et voici que Barry comment à se dire que 2024 ce sera vite là et qu’il voudrait bien s’avoir ce qui lui arrive. D’autant que le jeune héros se dit que si son destin est d’être porté disparu, peut-être est-il simplement « manquant » à l’appel mais coincé quelque part. Pour en avoir le cÅ“ur net, Flash décide de voyager jusqu’en 2024 pour apprendre autant de choses qu’il le peut. Mais il découvre surtout… qu’il ne peut pas. L’accès au futur est bloqué par un mur d’antimatière. Barry va donc demander de l’aide à un autre expert de la Speed force, Jay Garrick.

« The justice system doesn’t always work for metas »

La mise en place de Crisis est assez plaisante et elle comporte déjà plusieurs références au sort de Barry dans le comic-book d’origine (Crisis of Infinite Earths). Les scénaristes prennent un malin plaisir à jouer avec les nerfs des fans qui sauront reconnaître les signes. Mais cette tension dramatique est largement remise en question les mésaventures du reste de la supporting cast. En effet, pendant que Barry regarde vers le futur, il faut bien occuper les personnages secondaires et pour le coup on a l’impression que les auteurs se dégonflent un peu, en proposant une sorte d’enquête procédurale où tout semble accuser une détenue d’être responsable de plusieurs morts. Cisco, les Allen ou encore Elongated Man vont tous contribuer à cette quête secondaire. Mais le tout est joué comme un Vaudeville, avec parfois des messes basses ou des ambiances sonores dignes d’un théâtre de boulevard. Les personnages eux-mêmes ne semblent pas se passionner pour cette quête. Le contraste est d’autant plus marquant quand on a vu Jesse L. Martin jouer sérieusement les enquêteurs dans Law & Order. Autant dire que l’enquête n’est qu’une façon de meubler, tandis que Barry gère les choses sérieuses.

The Flash S06E2

« All earths could be in danger »

Annoncé comme le retour de Jay Garrick (John Wesley Shipp), l’épisode tient ses promesses. Mais ne vous attendez pas à un épisode où les deux Flash se précipiteraient côte à côte vers le danger. Le « vieux » Flash apparaît un peu rangé des voitures, comme une sorte de conseiller technique tel que Harrison Wells (Tom Cavanagh) pouvait l’être à une certaine époque de la série. Pour autant que Garrick n’ait pas un rôle « spectaculaire », son intervention est utile puisqu’elle permet de placer des éléments clés de Crisis, y compris pour un public qui n’est pas familiarisé avec le concept. Cette partie-là de l’épisode sert totalement le propos, avec un Barry qui réalise qu’il n’est pas seulement destiné à être porté disparu mais bien à se sacrifier ou à voir tous ses proches périr de manière atroce. Les enjeux sont donc là, avec les gages nécessaires pour montrer que la Crisis imminente s’inscrit dans ce que les fans de comics connaissent. On a hélas l’impression que la série hésite. D’un côté il y a l’amorce d’une ambiance plus lugubre, liée à la menace future. De l’autre il semble que les producteurs ont un peu peur… de faire peur. Comme la série s’est lancée il y a six ans avec une volonté de parler à un public teenage, on tente de ménager la chèvre et le chou. Du coup tandis que Barry craint pour sa vie mais aussi pour tout l’univers, c’est un peu « passons aux affaires courantes » du côté de Cisco et de toute la clique. On en arrive donc à une partie d’épisode intéressante (Crisis/Flash), mélangé à quelque chose qui n’a pas une once de suspens. L’épisode semble nous conforter dans l’idée que les choses sérieuses commenceront avec Crisis. Mais que pour l’instant on n’en est pas là.

[Xavier Fournier]