Nous apprenons le décès du dessinateur Russ Heath, disparu cette semaine à l’âge vénérable de 91 ans. L’un de ses premiers travaux publiés remontant à 1942, Heath faisait partie de la première génération des grands des comics. Ancien collaborateur de DC Comics, Marvel, EC Comics ou Playboy, il était connu pour son réalisme détaillé et un talent certain pour représenter des scènes de guerre ou des récits de l’Ouest.

Disparition de Russ Heath (1926-2018)Désormais entré au panthéon des comics, Russ Heath appartient à une famille d’artistes dans laquelle on peut insérer des noms tels que Joe Kubert, John Busceman ou John Severin. Tous ont en commun une maîtrise de l’anatomie mais aussi un vrai travail des ombres. D’ailleurs on les redécouvre ces dernières années alors que leurs épisodes ressortent dans des éditions noir et blanc, qu’il s’agisse de rééditions Showcase ou Artist Editions. Mais une fois qu’on a vu le travail de Heath sans les couleurs d’époque, il est difficile de ne pas faire le rapprochement avec des artistes plus jeunes qui ont marché dans les pas de cette « famille ». Un dessin humoristique d’Heath (pour National Lampoon), « Cowgirls at War », parodie les deux piliers de sa carrière : le récit de guerre et le western. Comptons un troisième pilier si l’on prend en compte les jolies pinups. Mais quand on regarde ce dessin, on réalise aussi qu’il y a déjà des signes de ce qu’un Dave Stevens (Rocketeer) fera plus tard. Si on regarde les couvertures de Sea Devils que Heath produisait pour DC, il n’est pas incohérent de percevoir comme une antériorité sur John Cassaday (Planetary). Ce ne sont que quelques exemples de la portée d’un artiste finalement pas assez connu à sa juste valeur…

Selon ce que racontait le principal intéressé, Russ Heath commence machinalement à dessiner des cow-boys dans sa petite enfance car son propre père avait été « garçon-vacher ». Développant son talent, le jeune Russ peut se permettre d’aller taper à la porte de certains éditeurs de comics. Les histoires n’étant pas toujours signées, il est difficile de savoir quand Heath a précisément commencé à produire de façon professionnelle. Au plus tard, ses dessins paraissent dans Captain Aero Comics vol. 2, #2 (1942). Il a donc 16 ans. Dans un premier temps, il n’apparaît pas très productif, continuant d’abord ses études puis partant servir dans l’armée de l’air, en 1945. A son retour, pressé de s’établir, Heath trouve du travail dans une agence publicitaire mais, soucieux d’arrondir ses fins de mois en dehors des heures de bureau, recommence aussi à travailler pour les comics. Bientôt, son travail dans la BD est assez lucratif pour qu’il s’y consacre à plein temps, en particulier chez Timely/Marvel Comics, pour qui il dessine des BD de cow-boy à partir de 1948, matérialisant ainsi sa vocation d’enfance.

A l’époque où Heath redouble d’activité dans les comics, le genre super-héroïque est en déclin. L’artiste y touchera donc peu mais en 1950 Marvel commence à lui commander quelques récits de science-fiction pour la revue Unknow Worlds. Si bien que lorsque Marvel décide de tenter à nouveau un lancement de super-héros lorgnant sur la SF, Heath devient, avec Stan Lee, le co-créateur de l’éphémère Marvel Boy (revu récemment les Agents of Atlas). Après avoir été surtout un dessinateur de cow-boys, les sujets qu’il traite se diversifient considérablement pendant les Fifties. A partir de 1951, toujours chez Marvel, il commence aussi à goûter au récit de guerre via des titres comme War Comics ou Combat Kelly.

Disparition de Russ Heath (1926-2018)Les histoires sentimentales ou les récits d’espionnage entrent aussi dans son répertoire. Sans laisser tomber les cow-boys, Heath prend tout ce que Marvel veut bien lui commander. Il est fiable, productif et rapide, avec un style clair qui se fait progressivement de plus en plus détaillé. Heath dessine aussi bien les héros bien virils que les courbes des pinups, ce qui cadre totalement avec les attentes de l’époque. Ses couvertures habillent aussi bien des revues d’horreur que les aventures de « Lorna, la fille de la Jungle ».

A partir de 1953, Marvel (qui opère désormais sous le nom d’Atlas) ne lui suffit plus. Il commence alors à travailler à l’occasion avec quelques petits éditeurs comme St. John ou Lev Gleason, sans renoncer à son employeur principal. C’est en travaillant pour St. John que Heath rencontre pour la première fois Joe Kubert. Mais pour l’instant Russ Heath est encore celui qui travaille chez Marvel et y dessine la résurrection d’Human Torch dans Young Men #54. Mais le renouveau super-héroïque de Marvel ne se produit pas et Heath se tient relativement à l’écart des justiciers en super-slips. Il expliquera bien plus tard avoir conscience que son style est en un sens « trop réaliste », qu’il a tendance à dessiner ces personnages comme s’ils existaient. Et que par la force des choses, quand on transpose ces héros dans un contexte réaliste, ils ont l’air ridicule. En 1954, son travail sur des récits de guerre lui permet d’arriver aussi chez DC, à travers quelques récits dans Star Spangled War Stories.

Disparition de Russ Heath (1926-2018)

Mais le vrai tournant de sa carrière arrive quand il arrive – sans renoncer à ses autres clients – chez EC Comics et au sein de l’équipe de MAD. Harvey Kurtzman est en effet également un ancien de Timely. Il y a rencontré Heath à la fin des années 40. Kurtzman commande des pages à Heath pour Frontline Combat, titre de guerre d’EC Comics devenu légendaire. Mais il lui ouvre aussi les portes de Mad. Ce magazine humoristique publie dans l’été 1954 son Plastic Sam, parodie du héros Plastic Man. Heath a désormais ses entrées un peu partout dans le milieu des comics et voilà qu’il prouve qu’au-delà du seul réalisme il peut aussi faire dans l’humour quand besoin est. Outre Kubert ou Kurtzman, Heath multiplie les amitiés dans le milieu des comics. Il devient proche, en particulier, d’un jeune Ross Andru. Cette capacité à tisser des liens, à se montrer d’un contact facile, fait que Heath va passer la plus grande partie de sa carrière sans contrat d’exclusivité. Il expliquera plus tard qu’il lui suffisait d’aller manger et discuter avec des amis. Et que par la force des choses, dans la discussion, ces amis qui étaient des collègues lui confiaient du travail avant la fin du repas.

Disparition de Russ Heath (1926-2018)

En 1955, Russ Heath dessine pour DC Comics le tout premier numéro de la série Brave & Bold. En compagnie du scénariste Ed Herron, Russ Heath y cocréé un véritable héros de péplum, le Golden Gladiator. A partir de là, si Heath est encore chez Marvel, DC Comics commence à prendre une importance de plus en plus notable dans sa production. D’autant que Marvel/Atlas connaît un certain nombre de problèmes financiers. L’éditeur baisse ses tarifs à la page, diminue le nombre de revues et de collaborateurs. A partir de 1957, avec presque dix ans de carrière régulière derrière lui, Heath devient essentiellement un artiste estampillé DC Comics. On le retrouve dans les pages d’Our Fighting Forces, Our Army at War, Star Spangled War Stories, All-American Men of War ou G.I. Combat, imposant alors l’image d’un dessinateur spécialisé dans les titres de guerre. Combats aériens, batailles navales, soldats menacés par des chars, rien ne lui résiste.

Disparition de Russ Heath (1926-2018)Russ Heath sort de façon notable des récits de guerre en 1960 quand, en collaboration avec le scénariste Robert Kanigher, il cocréé les Sea Devils dans Showcase #27 (toujours chez DC). A l’époque les groupes d’aventuriers ont le vent en poupe (les Challengers de l’Inconnu, le Suicide Squad…). Heath est un passionné de plongée sous-marine. Kanigher et Heath ont donc l’idée d’une variation spécialisée, des plongeurs « diables des mers » dont l’essentiel des exploits (extraordinaires) se déroule dans les fonds marins, où il faut affronter selon les cas le dieu Neptune ou des créatures géantes. Kanigher s’engage à l’époque dans une logique où il veut que les titres d’aventures ou de guerre aillent concurrencer les super-héros (qui sont en train de renaître) ou la science-fiction sur le registre des menaces invraisemblables. Du coup, Heath et lui vont créer le Haunted Tank (le Tank Hanté).L’idée est de raconter les mésaventures d’un équipage de char blindé, en pleine guerre mondiale, dont le lieutenant est hanté par le fantôme de son ancêtre, un général sudiste. Si ce Tank Hanté occupe une place de choix dans le CV du dessinateur, ce dernier expliquera ne pas raffoler de sa création, appréciant peu d’être obligé de représenter dans un milieu fermé (l’intérieur du blindé) toujours les mêmes personnages. Sans en être le co-créateur, Heath va aussi dessiner des épisodes de The War That Time Forgot (basés sur Dinosaur Island, où des G.I. vont régulièrement se perdre pour lutter contre des dinosaures). Quand bien même ces idées de départ peuvent paraître loufoques, Heath va les représenter avec le plus grand sérieux.

A la même époque, Heath se réinvente en matière de style. Autodidacte, il n’a jamais vraiment pris de recul sur ses méthodes de travail. Mais sa petite amie du moment est une étudiante d’art. Alors qu’elle partage sa vie et son appartement, Heath est exposé à ses cours, à son matériel. Il réalise alors que certains aspects techniques lui avaient manqués jusqu’ici et les intègre désormais à ses dessins. Mais le nouveau style est aussi plus exigeant en temps. Heath commence à être moins fiable sur les délais. Il produit graduellement moins d’histoires. Dans le même temps, il retrouve ses ex-collègues de Mad et EC Comics, Harvey Kurtzman et Will Elder, co-créateurs de Little Annie Fanny dans les pages de Playboy. Elder peine à assurer les délais et Heath va ainsi être appelé en renfort pour représenter cette ingénue pas vraiment douée pour conserver ses vêtements (rappelons qu’on est dans Playboy et pas chez DC Comics). En dehors de cette « évasion » éloignée de ses productions courantes, Heath reste fidèle au récit de guerre. Il continue de dessiner Haunted Tank et va reprendre aussi les aventures de Sgt. Rock. S’étant tenu éloigné de Marvel, Heath est cependant approché dans le milieu des années 70 par la nouvelle société de la famille Goodman, Atlas-Seaboard. Il reprend le dessin des séries Planet of Vampires et Thrilling Adventure Stories. Mais Atlas-Seaboard met la clé sous la porte un ou deux mois plus tard.

DC reste donc son principal employeur mais, vers la fin des années 70, Heath prend ses distances. D’abord il recommence à lorgner ailleurs. On le retrouve dans les magazines Warren (Creepy, Vampirella…) ou encore le National Lampoon Magazine. Parallèlement il déménage et se réoriente professionnellement. Il s’éloigne des comics pour travailler plutôt dans le milieu de l’animation. Dans les années qui suivent, il collabore ainsi aux designs du dessin animé Conan, Blackstar, G.I. Joe, Karate Kid, Godzilla, RoboCop, Solarman et aussi à la première version du cartoon des X-Men (« Pryde of the X-Men »), ce qui ne manque pas de sel quand on remarque à quel point l’essentiel de sa carrière s’est fait loin des super-héros.

Disparition de Russ Heath (1926-2018)

Disparition de Russ Heath (1926-2018)Dès 1984, c’est cette activité dans les dessins animés et particulièrement G.I. Joe qui provoque son retour chez… Marvel. Son ancien employeur publie en effet des comics dérivés des jouets et du dessin animé qu’il a lui-même désigné. Il n’est donc pas illogique de l’inviter à dessiner un épisode de la BD. A partir de 1989, il démarre une sorte de seconde étape de sa carrière chez Marvel. On le retrouve ainsi au dessin de séries comme Moon Knight ou Punisher (personnage qu’il retrouvera plusieurs fois par la suite), des super-héros qui ont en commun de rester « urbains » et d’échapper aux superpouvoirs tonitruants. Fidèle à ses habitudes de récits de guerre, Heath dessine aussi quelques moins plus tard, toujours pour Marvel, la Graphic Novel Hearts and Minds a Vietnam Love Story.

Vu comme un spécialiste de l’ambiance de la Seconde Guerre Mondiale, c’est à lui que Disney fait appel pour dessiner… le Rocketeer. Ou plus exactement l’album de BD inspiré du film Disney lui-même inspiré du comic-book de Dave Stevens. Le dessinateur ne revient qu’en 1993 chez DC Comics où il dessine tout un arc de Legends of The Dark Knight, ce qui reste sans doute son projet le plus super-héroïque (quand bien même Batman appartient au même monde urbain que Moon Knight). Respecté par ses pairs et par les artistes qui sont arrivés après lui dans les comics, Russ Heath se voit invité par Frank Miller à dessiner une page de Sin City. Heath fait son autoportrait face à une mort certaine, alors qu’une des filles de Sin City s’apprête à le tuer.

Disparition de Russ Heath (1926-2018)

Disparition de Russ Heath (1926-2018)Au terme d’une carrière dense, Russ Heath se voit alors invité de plus en plus dans des séries pour souligner un certain côté rétro. On le retrouve à dessiner aussi bien un épisode de Starman qu’un autre de Tom Strong, sur un revival de Jonah Hex ou bien dans Immortal Iron Fist. Entre autres curiosités, Russ Heath est aussi bien plus tard le co-créateur d’une super-héroïne nomme Blonde Tornado, utilisée dans un épisode de la série TV Dharma & Greg. Blonde Tornado est une caricature de Dharma (Jenna Elfman).

Russ Heath est aussi connu pour avoir été, bien involontairement, l’un des « modèles » du peintre Roy Lichtenstein, l’un des premiers peintres à s’approprier et à aggrandir des cases des comics pour en faire des tableaux « pop art » au nez et à la barbe des artistes originaux. Si Heath n’est qu’un des dessinateurs ainsi « piratés » parmi tant d’autres, dans son cas l’amertume est peut-être plus intense puisqu’à la différence d’un Kirby, il n’a pas eu droit au même niveau de reconnaissance « maistream » de son style. Là où nombreux reconnaissaient forcément l’appropriation par Lichtenstein d’un Magneto kirbyesque, ce n’était pas la même affaire pour les dessins de Heath « pompés ». L’artiste de comics n’a – bien entendu – jamais rien touché sur les ventes colossales des tableaux de Lichtenstein. Et comme il n’a jamais créé de super-héros majeurs, Heath n’a pas non plus touché sur ses dernières années de chèque provenant des droits dérivés d’un blockbuster. En 2014, pour remercier le collectif Hero Alliance de lui avoir financé une opération du genou qu’il ne pouvait pas se payer, Heath exprima dans une petite BD toute la défiance qu’il avait envers Lichtenstein.

Russ Heath, c’était un génie des comics pas assez reconnu. Nous avons désormais l’éternité pour le rédécouvrir.