John Stewart et le reste du Green Lantern Corps sont prisonniers de Brainiac. Mais outre la barrière qui les empêche de regagner l’extérieur, ils ont aussi une double problématique. Les voici coincé dans un environnement infesté par Starro, et avec des alliés « jaunes » auxquels ils ont bien du mal à faire réellement confiance.

Avant-Première VO: Review Hal Jordan And The Green Lantern Corps #9Hal Jordan And The Green Lantern Corps #9 [DC Comics]
Scénario de Robert Venditti
Dessins de Rafa Sandoval
Parution aux USA le mercredi 23 novembre 2016

Attirés vers une planète pour contrer une invasion de drones de Starro, les Green Lanterns se retrouvent enfermés dans une des fameuses bouteilles de Brainiac (personnage qui, pour l’instant, brille par sa présence passive). Mais ils ne sont pas les seuls captifs. Les Yellow Lanterns qui suivent Soranik, et qui avaient tourné le dos aux méthodes de Sinestro, sont là aussi pour donner un coup de main… Mais le passé des relations entre les armées vertes et jaunes empoisonne la situation. A plus forte raison quand le risque de voir tout le monde contaminé par Starro fait monter la pression. Les lecteurs de longue date seront heureux, aussi, de retrouver un des Green Lanterns les plus discrets dans un rôle décisif, puisque c’est lui (ou elle ?) qui décide de l’issue de la bataille. Globalement, Robert Venditti se débrouille assez bien pour faire tourner le projecteur, réserver un rôle à chaque protagoniste, en ne se limitant pas aux seuls John Stewart ou Guy Gardner (bien qu’ils soient là eux aussi, assurément). Le seul point faible, peut-être, étant la rancœur avec laquelle des héros comme John traitent Soranik. Qu’ils se méfient des Yellow Lanterns en général, d’accord, mais leur ancienne équipière fait tout ce qu’il faut, sans être véritablement « payée » en retour, en dehors de Iolande. Rafa Sandoval rend lui aussi justice aux personnages, capte ce qui les rend reconnaissables.

« This ring echoes with the life force of the lantern who forged it. »

On serait tenté de dire que pour une série titrée « Hal Jordan And The Green Lantern Corps », Hal est relativement absent. Encore que ces temps-ci il a un mot d’excuse puisqu’il est considéré mort. Encore que son anneau, animé par sa volonté, est encore actif et qu’on en avait déduit, bien sûr, que le sort n’était pas totalement jeté. Là, il y a un degré d’interrogation cependant, car ce qu’on nous montre de l’au-delà des Green Lanterns est bien différent de ce qui avait été vu au moment de la Third Army, dans les derniers mois du règne de Geoff Johns. Maintenant, Jordan est devenu indissociable de la puissance verte et, du coup, accède peut-être tout simplement à un « autre niveau ». Là aussi, au propre comme au figuré, Robert Venditti en profite pour utiliser quelques revenants que l’on n’avait pas vu depuis un certain temps dans la série. Dans l’ensemble, et malgré des intrigues assez éloignées, l’épisode dégage un ton très homogène, très maitrisé, en faisant usage de bien des éléments de la mythologie des Lanterns.

[Xavier Fournier]