Avant-Première VO: Review Titans Hunt #1[FRENCH] La chasse aux Titans est ouverte. Mais des Titans dont personne ne se souvient dans la continuité actuelle, bien avant les Teen Titans relancé en 2011. Est-ce que Dick Grayson, Roy Harper, Donna Troy et d’autres ont bien formé une équipe par le passé et pourquoi personne n’y fait plus référence ? Dan Abnett mène l’enquête dans un ton qui correspond bien à ses fondamentaux.

Titans Hunt #1Titans Hunt #1 [DC Comics] Scénario de Dan Abnett
Dessins de Paulo Siqueira & Geraldo Borges
Publié aux USA le mercredi 21 septembre

Lors du reboot de DC en 2011, les quelques traces accidentelles d’une génération antérieure de Titans avait été prestement effacées, réécrites, Dan Didio martelant que, non, aucune version de l’équipe n’avait existé avant celle reformulée par Scott Lobdell. Sur le principe qu’il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis, le même Didio explique maintenant sur sa page FB que Titans Hunt est un projet qu’il attendait depuis 2011. En gros, le lecteur peut donc s’attendre à trouver les explications à d’obscures références à une mouture oubliée des Titans, déjà référencée dans des comics comme Red Hood & The Outlaws #1, il y a quatre ans. Dans la pratique c’est quand même un peu plus compliqué que cela puisque les références en question faisaient mention d’une équipe impliquant Starfire et que cela ne semble pas être le cas ici. L’histoire de Titans Hunt est simple en apparence. Des héros modernes tels que Dick Grayson ou Arsenal déambulent et en croisent d’autres qui les font vaguement tiquer, tandis qu’une seule personne semble connaître le fin fond de l’histoire. En effet, si la couverture fait allusion à un épisode ancien de la Justice League of America. Il y a – potentiellement – quelque chose d’Identity Crisis là-dedans.

Paulo Siqueira s’acquitte très bien du dessin. Je pense que des personnages comme Gnarkk ou Lilith ont été rarement aussi bien dessinés (c’est encore plus notable pour Lilith, à qui le dessinateur donne de la personnalité). Pour Aqualad, c’est un peu moins marquant mais l’histoire donne de lui un aspect plus nerveux, peut-être un peu plus « Namor ». Le scénario, lui, véhicule certaines marottes de Dan Abnett. Il y a, dans cette équipe qui a perdu jusqu’au souvenir de son existence, un peu de ce que le même auteur a pu faire récemment sur Guardians 3000, avec les souvenirs réalignés des héros. C’est ce qui me rend un peu prudent sur l’avenir de cette mini car je n’aimerai pas qu’Abnett s’y prenne les pieds comme il a pu le faire sur Guardians 3000. Je suis néanmoins curieux de voir comment l’existence de Donna Troy, supposée être « récente » dans les pages de Wonder Woman, sera justifiée dans ce « vieux » groupe. Pour l’heure, c’est surtout un épisode d’introduction qui se lit assez vite et qui donne les bases. Les choses devraient s’accélérer au prochain numéro.

[Xavier Fournier]