Avant-Première VO: Review Avengers #18[FRENCH] Jonathan Hickman nous donne le premier tie-in officiel d’Infinity avec cet épisode d’Avengers #18 qui, tel que dessiné par Leinil Yu, donne l’impression d’être un numéro central d’un crossover. Une mise-en-scéne épique, qui montre que les choses ne vont pas être faciles pour les Avengers et leurs alliés… Tandis qu’Hickman montre clairement qu’il veut se débarquer de modèles existants…

Avengers #18Avengers #18 [Marvel Comics] Scénario de Jonathan Hickman
Dessin de Leinil Yu
Parution aux USA le mercredi 21 août 2013

Des Skrulls et le dessinateur Leinil Yu ? La facilité serait de penser tout de suite à Secret Invasion, crossover que l’artiste a illustré en d’autres temps. Et sans doute, d’ailleurs, faut-il y penser mais pour mesurer tout le chemin parcouru par Yu depuis, puisque les scènes de foule sont réglées autrement ici. Ici, pas de double page avec 64 personnages sautant en l’air sans qu’on comprenne ce qui se passe. Clairement Leinil Yu a progressé mais on sent que le scénariste, Jonathan Hickman, a également choisi de tourner le dos aux codes du crossover intergalactique façon Marvel. Depuis l’antique Kree/Skrull War de Roy Thomas en passant par les Infinity Gauntlet, War, Crusade (ect.) de Jim Starlin ou plus récemment les Secret Avengers de Rick Remender pendant Avengers vs. X-Men, on nous a habitué à des Avengers partant dans l’espace pour défoncer le fuselage d’un ou deux vaisseaux, gesticuler devant un Thanos mais globalement gérer les grandes batailles cosmiques comme s’il s’agissait seulement d’un combat au corps à corps. Ici, Hickman nous donne une vraie atmosphère guerrière, avec des armées qui s’affrontent à travers les astres et les héros qui sont obligés de se comporter comme des pilotes plus que commes des super-héros à cape (et d’ailleurs le background de Captain America et de Captain Marvel est bien exploité).

Bons points aussi pour nous rassurer sur un point qui m’inquiétait un peu dans Infinity #1. Non, Hickman n’est pas parti pour prendre en compte ses seules séries. L’utilisation du Galactic Council de Bendis (vu dans Guardians of the Galaxy) le démontre. Mais le scénariste progresse également par petites touches bien vues, comme le rappel de l’aversion de Spider-Woman pour les Skrulls (là aussi on en revient à Secret Invasion). A ce stade, pas de Thanos brandissant un cube cosmique ou un gant d’Infini. Et pas de combat de surhommes dans le sens où on l’entend généralement dans ce genre d’illustrés. Je pense donc que certains lecteurs risquent d’être destabilisés dans le sens où ce n’est pas « Maxi-Man donnant un coup de poing à Maxi-Bad ». Mais pour l’instant j’aime bien la tournure que les choses prennent. Et on a clairement pas l’impression de se faire refiler un tie-in vide, pour rien, qui ne servirait pas la saga centrale…

[Xavier Fournier]