Avant-Première VO: Review All-Star Western #20[FRENCH] All-Star Western continue de proposer une définition très baroque du western, où les liens avec l’univers DC contemporain se multiplient. Cette fois c’est Booster Gold qui est échoué dans le temps et qui n’a plus entièrement souvenir de ce qu’il est. Convaincu d’être un shérif, le visiteur du futur fait une proie facile…

Avant-Première VO: Review All-Star Western #20All-Star Western #20 [DC Comics] Scénario de Justin Gray & Jimmy Palmiotti
Dessin de Moritat, Statz Johnson
Parution aux USA le mercredi 22 mai 2013

Quand on voyage dans le temps, il y a deux ou trois époques imposées. L’ère des dinosaures et… le Far-West. Booster Gold s’invite donc dans l’existence de Jonah Hex. Ce n’est pas la première fois. On avait pu voir les voir ensemble dans la série de Booster avant Flashpoint. Mais c’était alors orchestré par Dan Jurgens, qui avait fait de l’Ouest sauvage quelque chose digne de Wild Wild West. Là, d’emblée, la tonalité des deux scénaristes change la donne. Jonah Hex a un côté moins « série TV ». Quand il lui faut des scalps… Il ne fait pas de chichi, au grand effroi d’un Booster Gold qu’on a rarement vu agir comme un vétéran mais qui, là, est encore plus néophyte que d’habitude. Normal. Il n’a aucun souvenir de son identité ou des capacités de son costume. Ce tandem entre un Hex cynique et un Booster qui est innocent, un poil crédule, fonctionne à merveille. Mais il faut dire que l’épisode est servi à merveille par les dessins de Moritat, artiste qui progresse à bonds de géants et lorgne maintenant sur des effets dignes de la famille Kubert ou de John Severin. Là aussi ça change la donne, quand Moritat met en scène des décors, des paysages grandioses. On a beaucoup plus d’immersion…

En deuxième partie de l’anthologie, on retrouve les aventures du Stormwatch du 19ème siècle… et on se dit que les auteurs canalisent beaucoup de From Dusk Till Dawn, sur fond d’attaque de vampires. Faire une version western de Stormwatch, d’une certaine manière à mi-chemin entre Demonknights et le Stormwatch est une bonne idée. Il y a quelque chose de steampunk dans l’idée mais là je dois dire que j’ai trouvé les dessins (l’encrage surtout) de Statz Johnson trop chargés et que ce concept intéressant n’est pas forcément porté par la même ambiance. Très clairement le tout reste cependant un bon « bundle » et on attend de voir ce que nous réserve le numéro suivant…

[Xavier Fournier]