[FRENCH] Cette semaine nous continuons notre exploration des séries un peu marginales de la continuité super-héroïque DC Comics qui ont marqués les esprits aux Etats-Unis comme en France. Après le succès de Flash [Barry Allen] et la résurgence du genre super-héroïque, DC Comics décida d’inclure une série avec un ou des personnages possédant des superpouvoirs dans quasiment chacune de ses revues, tout en essayant de leur garder une cohérence. C’est ainsi que sera introduit Miss-Liberty dans les aventures de Tomahawk (cf. French Collection #48), que Congo Bill prendra l’identité de Congorilla (cf. French Collection #64) et que Mark Merlin obtiendra le pouvoir de transférer son esprit dans le corps de sa chatte Memakata au moyen d’une amulette à tête de chat (cf. French Collection #73) dans House of Secrets (1956 Series) #60 (juin 1963).

Mais dès le numéro suivant, la revue voit arriver un nouveau personnage qui possède des superpouvoirs bien plus spectaculaire. Il s’agit d’une série assez atypique chez DC Comics puisqu’elle met en vedette le premier anti-héros de l’éditeur, le sous-titre de la série étant « Hero and Villain in One Man! ». Créé par Bob Haney & Lee Elias, Eclipso est inspiré du personnage de Doctor Jekyll & Mister Hyde de Robert Louis Stevenson. Bruce Gordon (dont la petite histoire veuille que le choix de son identité soit le résultat d’une blague des créateurs avec les identités de Bruce Wayne et le Commissaire Gordon) est un physicien spécialiste de l’énergie solaire. Alors qu’il se trouve en pleine jungle pour assister à une éclipse solaire, il est attaqué par un sorcier nommé Mophir. Avant de trouver la mort en tombant d’une falaise, ce dernier réussi à blesser Gordon avec un diamant noir.

La blessure apparaît anodine dans un premier temps mais Gordon se transforme en Eclipso lors de la prochaine éclipse. Plus exactement, il se dédouble et son deuxième corps apparaît sous la forme d’Eclipso. Super fort, partiellement invulnérable et capable de lancer des rafales optiques en regardant au travers d’un diamant noir, Eclipso est malgré tout facilement battable. En effet, il se retransforme en Bruce Gordon lorsqu’il est exposé à une lumière violente. Son visage est en partie déformé et présente une teinte sombre, ce que les lecteurs français ne soupçonneront que difficilement car la série sera publiée en N & B et le visage d’Eclipso sera uni teinte, si ce n’est sur les couvertures.

Gordon essaye dans un premier temps de contrôler ses changements de forme en évitant d’être exposé à une éclipse solaire. Mais il se rend rapidement compte qu’il se transforme devant n’importe quel éclipse, y compris artificielle. Il s’organise donc avec sa fiancée Mona Bennet et son professeur de père de celle-ci pour qu’il soit toujours prêt à neutraliser Eclipso. Mais bien sûr, les transformations se produisent des manières les plus inopinées et donnent lieu à chaque fois à une course poursuite entre Bruce & Mona qui se termine toujours par le bannissement d’Eclipso jusqu’au prochain épisode.

La série est intéressante car elle fait partie de cette tendance occulte ou étrange (weird) qui se développait chez DC Comics en marge des grandes licences qu’étaient Superman, Batman, Wonder Woman, Flash [Barry Allen], Green Lantern [Hal Jordan], etc. Elle est surtout, très atypique pour un éditeur réputé très conservateur et frileux, Eclipso étant le premier super-vilain héros de sa série et également de son magazine.

En effet, devant son succès grandissant, l’Editor de House of Secrets (1956 Series) le mets en avant à partir du #66. Il partagera ensuite la vedette du titre avec Mark Merlin tout en prenant l’ascendant sur son ainé. Pour essayer d’enrayer cela, Mark Merlin est transformé en Prince Ra-Man dans House of Secrets (1956 Series) #74. Mais le succès n’est pas au rendez-vous il est décidé de fusionner les deux séries. Prince Ra-Man devient donc l’adversaire récurrent d’Eclipso. Les deux personnages disparaissent lors de l’arrêt du titre fin 1966. Mais contrairement au Prince Ra-Man, Eclipso fera quelques apparitions dans d’autres séries de la continuité super-héroïque de DC Comics avant de revenir sur le devant de la scène dans un cross-over impliquant les personnages principaux de l’éditeur et dont il est la vedette.

Dans Eclipso: The Darkness Within, le personnage fait l’objet d’un retcon très important. Nous y apprenons qu’Eclipso n’est ni le côté sombre de Bruce Gordon ni un super vilain quelconque. Il est en réalité un puissant esprit de la vengeance qui a été emprisonné dans un énorme diamant noir appelé The Heart of Darkness. Il est en fait le premier dépositaire de la colère de Dieu (The Voice). Mais devant les dérives de sa création, Dieu décida de l’emprisonner dans The Heart of Darkness et de créer The Spectre (cf. French Collection #46 & 137)

Au début du XIXe sicèle, The Heart of Darkness est volé en Afrique par un explorateur. Il est ramené à Londres en 1891 et taillé en mille pierres pour être revendu. L’éclatement du Heart of Darkness a affaibli l’emprisonnement et Eclipso est maintenant capable de posséder quiconque éprouve de la colère en étant au contact d’un des morceaux du diamant originel. Son nom est donc lié au fait qu’il « éclipse » la personnalité de ceux qu’il contrôle et non plus qu’il est la face sombre de Bruce Gordon. Il n’est donc plus attaché au scientifique de même qu’il ne craint pas vraiment la lumière violente classique. Il peut cependant être blessé par des armes solaires, ce qu’il explique qu’il s’est attaché à rendre la vie de Bruce Gordon invivable afin de le freiner dans ses recherches scientifiques.

Il s’est construit un palais sur la face caché de la lune et a décidé de rassembler les mille morceaux du Heart of Darkness afin de les détruire et de libérer sa vraie puissance. A ce moment, Lar Gand (le Mon El de la Legion of Super-Heros) découvre son repaire et tombe sous son contrôle. Poursuivant son offensive, Eclipso parvient à prendre le contrôle de plusieurs superhéros majeurs et à les transporter sur la lune pendant une éclipse lunaire. Son but est d’absorber ses proies afin de gagner un pouvoir suffisant pour défier Dieu.

Il sera néanmoins vaincu par un groupe de personnage mené par Bruce Gordon au moyen d’une arme solaire inventé par ce dernier. Les superhéros qui avaient été absorbés par Eclipso seront libérés uniquement grâce au sacrifice de Starman [Will Payton] qui détruira le palais d’Eclipso. Mais de nombreux diamants noirs subsistent sur Terre. Eclipso revient donc dans son propre titre et prend le contrôle de la population du Parador, un pays d’Amérique latine. Bruce, Mona & Cave Carson essaye de le stopper sans succès. Bruce & Mona forment un groupe nommé The Shadow Fighters avec Amanda Waller, The Creeper, Wildcat [Yolanda Montez], Dr. Midnight [Beth Chapel], Commander Steel, Manhunter [Mark Shaw] Major Victory, The Peacemaker, Nightshade & Nemesis (Cave Carson ayant eu les jambes brisées ne peut se joinder à l’aventure). Quasiment tous perdront la vie dans l’affrontement et certains de manières définitive, ce qui n’est pas si courant dans le monde des comics, et montre que DC a profité de la série pour faire un peu de ménage.

Ce story arc sera l’occasion de découvrir pourquoi Eclipso ne s’est pas débarrassé de Bruce & Mona, ses adversaires de toujours. Après leur mariage, ils donneront naissance un fils qui utilisera une machine à voyager dans le temps pour revenir au XIXe siècle et devenir le libérateur d’Eclipso. Il lui est donc impossible de les tuer sans se sacrifier lui-même. Le danger sera finalement écarté par The Phantom Stranger. Cet être surnaturel et mystérieux réussira à réunir les mille diamants noirs et reconstitué The Heart of Darkness. Ce faisant, il réussit à emprisonner de nouveau Eclipso qui laissera alors apparaître le fils de Bruce & Mona qui a été sa première victime et qu’il a possédé en permanence depuis sa libération en 1891.

Eclipso est devenu un adversaire majeur de la continuité super-héroïque de DC Comics. Il reviendra donc de nombreuses fois et son de nombreuses formes. Pendant la mini-série Day of Vengeance, il prendra le contrôle de Jean Loring (l’ex-femme d’Atom [Ray Palmer] qui est responsable de la mort de Sue Dibny la femme d’Elongated Man). Il profitera que The Spectre n’est plus associé à aucune âme humaine pour le tromper et lui faire détruire tous les représentants du neuvième âge de la magie dont Nabu & Shazam. Il sera exilé grâce à Nightshade qui le téléportera en orbite autour soleil dont la lumière le neutralise. Encore une fois, Eclipso reviendra, notamment dans la mini-série Contdown to Mystery & le story arc Rise of Eclipso. Nous y apprendrons que son but ultime est de tué Dieu. L’existence de son créateur ne tient qu’à la foi que l’humanité lui voue. En détruisant toute vie sur terre il espère obtenir ainsi sa vengeance. Après la mort de Jean Loring à la fin de Countdown to Mystery, Bruce Gordon redeviendra l’hôte d’Eclipso

En France, Eclipso est apparu pour la première fois dans la revue Spectre, publiée dans la mythique collection Comics Pocket de l’éditeur nordiste Artima / Arédit, dès le numéro un. Après l’interdiction de son titre Spectre, il décida de lancer une nouvelle mouture moins « exposée » et se servit de la série Eclipso pour tromper les membres de la commission de censure. Bien que la série soit la plus longue des Comics Pocket le personnage disparaitra assez rapidement du sommaire du fait de son arrêt aux Etats-Unis et de la « conversion » du titre en publication Marvel. Ce qui n’entraînera d’ailleurs pas de changement de nom du titre d’ailleurs.

La première période du personnage sera donc publié notamment dans le titre qui porte son nom tandis que la deuxième sera beaucoup plus discrète sauf pendant la publication de la mini-série Infinite Crisis et ses dérivés.

[Jean-Michel Ferragatti]